Retour

Les pneumatiques MICHELIN Pro4 Endurance sur la route de Moscou à Vladivostok avec Paola Gianotti et Paolo Aste

En 2014, les pneumatiques MICHELIN Pro4 Endurance avaient déjà bouclé un tour du monde – un raid de 29 430 kilomètres – en 144 jours. Cette année, ils ont relevé un nouveau défi ardu sous la forme d’une participation à la première édition du Red Bull Trans-Siberian Extreme, la course cycliste la plus éprouvante du monde. Son parcours de 9 195 kilomètres, répartis en 15 étapes, a suivi l’itinéraire du célèbre chemin de fer transsibérien et proposait un dénivellement positif de 49 kilomètres !

Pour ce périple extrême,l’Italienne Paola Gianotti, l’auteur du tour du monde planétaire évoqué ci-dessus, et seule engagée féminine, a choisi les mêmes pneumatiques Michelin.

Du 15 juillet au 6 août, les pneumatiques MICHELIN Pro4 Endurance ont fait partie du voyage de Moscou à Vladivostok en la compagnie de Paola et de son compatriote Paolo Aste.

Sur les 9 195 kilomètres du Trans-Siberian Extreme, les deux italiens n’ont subi aucune crevaison.

C’était la première fois que j’utilisais les pneumatiques MICHELIN Pro4 Endurance et je les ai trouvés très bons. Ils assuraient une bonne adhérence sur le mouillé comme sur le sec, et le MICHELIN Pro4 Endurance 28c était particulièrement adapté aux chaussées les plus cabossées. Et, comme pour Paola, aucune crevaison !

Paolo Aste

J’avais déjà essayé le MICHELIN Pro4 Endurance lors de mon tour du monde et cette aventure en Russie a confirmé ses qualités. J’ai principalement chaussé le MICHELIN Pro4 Endurance 25c que j’ai trouvé très performant, que ce soit sur les enrobées en bon état ou sur les 750 kilomètres du tracé qui étaient en réparation. Son grip était excellent, j’ai apprécié son comportement et son confort. Dans une telle course, où le rythme est très élevé, un bon comportement est déterminant, bien sûr, mais le niveau élevé de confort offert par le MICHELIN Pro4 Endurance était tout aussi important sur les portions en réparation. De plus, je n’ai subi aucune crevaison – j’en suis la première étonnée ! Avec Paolo, nous étions les seuls à pouvoir en dire autant au terme de la course.

Paola Gianotti

Retour