Retour

WRC 2018 - Monte-Carlo - Les pneumatiques Michelin répondent à des conditions dantesques

Une fois encore cette année, le Rallye Monte-Carlo a tenu ses promesses en termes d’exigence. Des milliers de fidèles s’étaient retrouvés au bord des spéciales pour admirer le spectacle offert par l’épreuve la plus mythique du Championnat du Monde des Rallyes FIA-WRC, et voir les voitures de course virevolter au coeur des Alpes et dans l’arrière-pays niçois. Une entrée en matière dans un championnat qui s’annonce passionnant, qui a conduit les pilotes à repousser leurs limites pour répondre à un éventail de situations qu’aucun autre rallye n’est en mesure d’offrir. Soleil, pluie, boue, neige, glace, températures douces ou froides, brouillard : un cocktail infernal où, pour aller au bout, il fallait non seulement avoir de bons pneus, mais également la bonne stratégie en la matière.

cp_monte-carlo-2018_1040x400

Pour permettre à ses partenaires de performer en toute sécurité, Michelin avait amené 4 typologies de pneumatiques au Rallye Monte-Carlo. Les nouveaux MICHELIN Pilot Sport S6 (gomme tendre) et SS6 (gomme extra tendre), mais aussi les MICHELIN Alpin A41, pour les sols enneigés, et les Pilot Alpin A41 CL, autrement dit cloutés. Mais le Monte-Carlo présente la particularité de proposer, et ce parfois au sein d’une même spéciale, des conditions différentes entre le départ et l’arrivée. De ce fait, sur la recommandation de leurs ouvreurs mais aussi de celles des Conseillers Technique d’Ecurie Michelin, les pilotes devaient établir une stratégie pneumatique particulièrement difficile.

Je note que toutes les 4 typologies de pneus mises à disposition de nos partenaires ont été utilisées. Les stratégies ont été très différentes, et certains pilotes sont même parfois partis en spéciale avec trois sortes de pneus, pour 6 enveloppes autorisées par voiture. Cela indique que nous avons su répondre à toutes les situations, alors que certaines spéciales offraient des conditions très différentes entre le départ et l’arrivée.

Jacques Morelli, manager de Michelin en FIA-WRC

Nous sommes heureux de démarrer une nouvelle saison et d’avoir eu, cette année encore, un Monte-Carlo comme on les aime. Tous les ingrédients qui ont fait la réputation de ce rallye unique ont été réunis, alors que le championnat est d’ores et déjà bien lancé avec des voitures compétitives et des pilotes de haut niveau.

Pascal Couasnon, directeur de MICHELIN MOTORSPORT

L’édition 2018 du Rallye Monte Carlo a été remportée par Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, sur une Ford Fiesta WRC du Team M-Sport Ford, qui signent ainsi leur cinquième succès consécutif en Principauté. Ils devancent deux équipages du Toyota Gazoo Racing : Ott Tänak et Martin Jarveoja, qui ont une fois de plus démontré leurs qualités lors d’une belle course-poursuite sur le duo de Champions français, et Jari-Matti Latvala/Miikka Anttila, solides auteurs d’une épreuve d’attaque. Ces trois voitures sont équipées de pneus Michelin.
En WRC 2, c’est l’équipage Jan Kopecky/Pavel Dresder qui l’emporte sur une Skoda Fabia R5. Ils devancent Guillaume de Mevius et Louis Louka, sur une Peugeot 208 T16, et Eddie Sciessere/Flavio Zanella, sur une Citroën DS3 R5.

Dans la catégorie R5, on notera la victoire de Kalle Rovanperä et Jonne Haltunnen, sur une Skoda Fabia R5.

Toutes ces voitures sont équipées de pneus Michelin, au coeur de deux catégories où la concurrence entre manufacturiers est relevée.

La deuxième manche du Championnat du Monde des Rallyes FIA-WRC aura lieu en Suède du 15 au 18 février.


Retour