Retour

WRC 2016 - Michelin au cœur du Monte-Carlo

La première manche du Championnat du Monde des Rallyes – FIA WRC 2016 offre une grande diversité de surfaces et de routes. Plus que jamais, choisir le bon pneu au bon moment a été la clé du succès.

CP_WRC-MT-2016_889x288

Avec près de 375 km chronométrés, divisés en 16 spéciales, et une longueur totale de 1 474,34 km, le Rallye Monte-Carlo figure parmi les épreuves les plus longues de la saison. En outre, avec des conditions de course souvent variées et imprévisibles, le rallye présente de nombreux pièges qui demandent aux pilotes de faire appel à toute leur expérience. Michelin met à disposition de ses partenaires des pneumatiques ainsi qu’un support technique sans faille. La polyvalence des pneumatiques Michelin – seulement deux modèles de pneus, avec chacun deux versions différentes – a alors permis aux pilotes qui ont su tirer parti de leur dotation de gagner de précieuses secondes sur la concurrence.

 

Samedi matin : Andreas Mikkelsen en prescripteur

Sur l’ensemble du rallye, c’est incontestablement la journée du samedi qui était la plus difficile pour les pilotes, avec deux spéciales au menu du matin, la ES9 de 51,55 km de long et la ES10 de 17,13 km, répétées ensuite l’après-midi, avant de se déplacer sur Monaco via la ES13 de 36,6 km.

Face à des épreuves spéciales longues et à la surface très différente (sec dans la ES9, longues portions de neige et plaques de verglas dans la ES10) le choix des pneus s’est de suite avéré difficile. C’est l’équipage Andreas Mikkelsen/Jaeger Synnevag (Volkswagen Polo R WRC) qui a trouvé la meilleure solution au casse-tête, jetant ainsi les bases pour monter sur le podium à la fin de la course.

Alors que l’ensemble des adversaires avait opté pour quatre pneus MICHELIN Pilot Sport SS5 (super soft), tout en embarquant deux PA4 (neige) dans le coffre, le duo Volkswagen avait directement monté quatre MICHELIN Pilot Alpin PA4 CL (cloutés), avec deux pneus PA4 non cloutés en réserve.

Après avoir payé le prix de son choix dans la ES9, le duo Mikkeslsen/Jaeger a écrasé la concurrence dans l’épreuve spéciale suivante, en démontrant que le bon pneu peut tout changer : les norvégiens ont réalisé le temps scratch, avec 43,9 secondes d’avance sur les leaders du classement, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia (VW Polo R WRC), ainsi qu’avec 54,2 secondes sur Neuville/Gilsoul, qui étaient alors à leur poursuite. Grâce au bon choix de pneus, à la fin de la boucle du matin, Mikkelsen/Jaeger ont augmenté leur avance sur l’équipe Hyundai de 17,7 secondes.

Le MICHELIN Pilot Sport SS5 : l’autre clou du spectacle

La version super tendre du MICHELIN Pilot Sport, baptisée SS5 (super soft), faisait sa première sortie en Championnat du Monde des Rallyes – FIA WRC. Apprécié par les pilotes, ce nouveau pneu construit sur la même structure que le MICHELIN Pilot Sport S5 (soft), a été largement utilisé pendant cette édition du Rallye Monte-Carlo. Pour Jacques Morelli, le responsable de Michelin en FIA WRC « le nouveau MICHELIN Pilot Sport SS5 a tout à fait rempli ses objectifs. Très souvent sélectionné par les pilotes, compte tenu de la température basse en altitude, il a à la fois démontré une bonne longévité et un excellent maintien des performances au fil des kilomètres, même dans les spéciales les plus longues, comme par exemple la ES9/11 Lardier et Valença-Faye (1 et 2), qui s’étend sur 51,55 km. »

La grande diversité du tracé du Rallye Monte-Carlo permet également de valoriser la capacité de Michelin à fournir aux écuries des pneumatiques d’une exceptionnelle polyvalence, avec seulement deux structures et trois choix de gomme.

L’épreuve a finalement été remportée par Sébastien Ogier et Julien Ingrassia (Volkswagen Polo R WRC), devant Andreas Mikkelsen/Jaeger Synnevag et Thierry Neuville/Nicolas Gilsoul (Hyundai i20 WRC), toutes équipées de pneus Michelin. En WRC2, le manufacturier clermontois se montre également triomphant, avec la victoire de Elfyn Evans et son nouveau copilote Craig Parry (Ford Fiesta R5), et la troisième place revenant au français Quentin Gilbert et son coéquipier belge Renaud Jamoul (Citroën DS3 R5).

Récapitulatif des différents pneus apportés par Michelin au Rallye Monte-Carlo 2016

Sol sec et mouillé :

  • MICHELIN Pilot Sport S5 (soft, pour gomme tendre), utilisé sur surface sèche par moins de 15°C, ainsi que sur asphalte mouillé. Apparu en août 2015 au rallye d’Allemagne, le MICHELIN Pilot Sport H5 (gomme dure, non utilisée au Rallye Monte-Carlo) et S5 (gomme tendre) a été développé pour les épreuves asphaltes les plus difficiles, comme par exemple le Tour de Corse, ou le Rallye Monte-Carlo. Il s’agit d’un pneu profondément modifié en comparaison des MICHELIN Pilot Sport H4 et S4. Visuellement, le MICHELIN Pilot Sport H5/S5 se distingue par une plus grande harmonie de la sculpture de sa bande de roulement, avec des pavés de gomme plus homogènes en taille et dans leur géométrie. Mais c’est une évolution simultanée de sa sculpture, sa structure, son profil et les matériaux employés dans la recette de gomme de sa bande de roulement qui a permis à Michelin de faire progresser ses performances à la fois sur sol sec et mouillé.
  • MICHELIN Pilot Sport SS5 (super soft, gomme extra tendre). Ce pneu convient parfaitement à une utilisation par des températures proches ou inférieures à 0°C, et sur route givrée. Il s’agit d’une gomme plus tendre montée sur la même structure que celle du MICHELIN Pilot Sport S5, qui fait sa première apparition en Championnat du Monde des Rallyes. Les tests ont révélé que, sur sol très froid, la gomme SS5 pouvait générer une amélioration de performance de l’ordre de 5 à 7 secondes / km par rapport au pneu S5.

Dimension des pneus MICHELIN Pilot Sport S5/SS5 : 235/40R18 (20/65-18).

Neige :

  • MICHELIN Pilot Alpin PA4 : il est laparfaite illustration de la philosophie de Michelin, qui prône le transfert de technologie de la course à la route. Sur la base d’éléments recueillis en compétition, ce pneu de course a été développé en même temps que son homologue de série, par une équipe conjointe de développeurs de Michelin Motorsport et du Centre de Technologies Michelin de Ladoux.

    Si la structure de la version WRC est plus résistante que celle du pneu de série afin de répondre aux fortes sollicitations de la course, des analogies entre les deux pneus sont bien présentes au niveau du dessin de la sculpture et des matériaux. Le MICHELIN Pilot Alpin PA4 met en exergue les bienfaits du pont technologique entre la compétition et la grande série.

Glace :

  • MICHELIN Pilot Alpin PA4 CL. Grâce à ses 200 clous qui émergent tout juste de 2 millimètres des pavés de gomme, le MICHELIN Pilot Alpin PA4 CL permet aux pilotes de continuer à faire la course et le spectacle sur une route verglacée. Il répond en outre à la réglementation FIA WRC en vigueur, qui a pour objectif de préserver la chaussée au passage des voitures.Chaque clou est inséré dans la bande de roulement selon un procédé breveté par Michelin, et chacune de ces pièces de métal pèse moins de 2 grammes. Il s’agit d’une réelle technologie de pointe.

    Dimension des pneus MICHELIN Pilot Alpin PA4 et PA4 CL : 215/45R18 (18/65-18).

 
 
Quand le Conseiller Technique d’Ecurie Michelin est déterminant

Chaque partenaire de Michelin dispose d’un Conseiller Technique d’Ecurie Michelin (CTE), qui a pour mission de surveiller l’évolution des gommes au fil des spéciales, mais aussi d’apporter des recommandations sur le choix de pneus aux pilotes, lesquels restent toutefois souverains dans leurs décisions. Leur fonction est fondamentale durant l’ensemble de la saison, afin de faire face aux situations dans lesquelles le choix des pneumatiques est rendu complexe par des conditions de course variables ou inattendues. Par conséquent, pour le Rallye Monte-Carlo, leur rôle est exacerbé même si, bien entendu, le choix du pilote reste souverain.

Organisation Michelin au Rallye Monte-Carlo 2016

Michelin a apporté 1 720 pneus : 900 pour le WRC, et 820 pour le WRC2.
L’équipe Michelin présente sur place se composée de 27 personnes :
Pascal Couasnon, directeur de Michelin Motorsport
Nicolas Goubert, directeur technique et directeur adjoint de Michelin Motorsport
Olivier Vialle, directeur marketing de Michelin Motorsport
Jacques Morelli, responsable FIA WRC de Michelin
Cinq membres du service recherche et développement
Quatre Conseillers Techniques d’Ecurie
Deux coordinateurs
Dix monteurs                                                     
Deux attachés de presse


Retour