Retour

WEC 2014 - 6 Heures de Shanghai - Les pneus MICHELIN à l’honneur dans toutes les catégories

LM P1 : Toyota Racing s’échappe au classement du FIA WEC | LM P2 : podium pour SMP | LM GTE Pro : doublé pour Porsche Team Manthey, championnat relancé | LM GTE AM : Aston Martin Racing lièvre au pays du dragon

WEC 2014 - 6h de Shangai

Catégorie LM P1

Après le doublé décroché il y a trois semaines lors des 6 Heures de Fuji et des qualifications réussies (départ de la première ligne pour la Toyota TS 040-Hybrid n.8 du duo Davidson/Buemi et quatrième place sur la grille pour la voiture n.7 de Wurz/Sarrazin/Nakajima), Toyota Racing confirme ses bonnes dispositions en course et signe un nouveau doublé aux 6 Heures de Shanghai 2014. L’épreuve démarre sous un ciel dégagé, même si la piste est encore humide à cause de la pluie tombée la nuit précédente, et les deux Toyota TS 040-Hybrid se bagarrent avec les Audi R18 e-tron quattro et les Porsche 919 Hybrid dans le groupe de tête. Soudainement, juste avant la fin du premier tour, dans le peloton, la Ferrari 458 GTE n.51, pilotée par Gianmaria Bruni, percute violemment l’Oreca 03R-Nissan du KCMG, qui ralentit à cause d’une panne mécanique. La voiture de sécurité rentre alors en piste et les deux Toyota surprennent leurs adversaires en rentrant aux stands pour ravitailler, après seulement deux tours au ralenti (la voiture n.8 devra rentrer même deux fois pour compléter l’opération). Une fois la piste libre, Porsche Team profite de l’absence des voitures japonaises pour s’échapper et Audi Sport Team Joest peine à suivre le rythme imposé par les bolides de Stuttgart. Mais en queue de peloton, les deux Toyota entament une remontée époustouflante. En retard de près de 30 secondes sur la Porsche 919 Hybrid n.14 de Romain Dumas, qui est alors en tête de la course, la Toyota TS 040-Hybrid n.8 de Sébastien Buemi enchaine les chronos rapides et, au trentième tour, après avoir eu raison de ses adversaires l’un après l’autre, s’empare finalement de la première place. La voiture sœur, aux mains d’Alexander Wurz, devra attendre le balai des arrêts aux stands pour s’installer définitivement à la deuxième place. C’est ainsi que les voitures de Toyota Racing vont dominer les 6 Heures de Shanghai 2014. Pendant que les autos de l’équipe nippone construisent leur avantage, les Porsche 919 Hybrid et les Audi R18 e-tron quattro se livrent à une belle bataille, Porsche précédant Audi. Ce n’est que la deuxième batterie d’arrêts aux stands qui les départagera. Ainsi, la Porsche 919 Hybrid n.14 s’installe à la troisième place et commence à creuser peu à peu un avantage sur les Audi suffisant pour monter sur le podium.

Durant toute la course, les deux voitures du Toyota Racing ont chaussé des pneus MICHELIN MEDIUM « Hautes températures », tandis qu’Audi Sport Team Joest et Porsche Team ont roulé principalement en pneus SOFT « Hautes températures ».

 

Catégorie LM P2

C’est le français Nicolas Minassian, sur la voiture n.27, qui monte sur la troisième marche du podium après une course prolifique disputée par les deux Oreca 03R-Nissan du SMP. A une heure de l’arrivée, les voitures de l’équipe russe occupaient même la deuxième et troisième places, avant que la n.37, pilotée par Kirill Ladygin ne cède progressivement du terrain à ses adversaires pour terminer quatrième. SMP a utilisé pour les 6 Heures de Shanghai les pneus MICHELIN MEDIUM et MEDIUM Plus.

 

Catégories LM GTE Pro et AM

Comme une répétition des 6 Heures de Fuji, Aston Martin domine les qualifications du samedi, cette fois avec la voiture n.97 (Turner/Mücke). A la fin de la séance, la firme anglaise devance de peu les Porsche 911 RSR n.92 du duo Makowiecki/Pilet et n.91 de Bergmeister/Lietz. Derrière eux, s’installent les deux Ferrari 458 GTE de AF Corse. Sur la voiture n.51, Gianmaria Bruni et Toni Vilander nourrissent l’espoir de remporter le titre de champions du monde FIA WEC 2014 deux courses avant la fin de la saison. En effet, forts de 49.5 points d’avance sur Frédéric Makowiecki, le tandem de Ferrari dispose d’un précieux « match point » : il leur suffit de remporter les 6 Heures de Shanghai pour coiffer la couronne mondiale.

Au départ de la course, la bagarre est à son comble puisqu’un bon envol permet à Gianmaria Bruni de rivaliser aussi bien avec les deux Porsche 911 RSR qu’avec l’Aston Martin Vantage V8 de Stefan Mücke. C’est alors, presque à la fin du premier tour, que la Ferrari 458 GTE de l’Italien percute violemment le prototype LM P2 de l’équipe KCMG, qui avait ralenti brutalement à cause d’une panne mécanique. Les pilotes s’en sortent indemnes, mais l’espoir de lauriers est perdu pour le duo de la firme au cheval cabré. C’est alors que Frédéric Makowiecki et Patrick Pilet démontrent toute leur motivation ne laissant pas filer l’Aston Martin Vantage V8 n.97, qui semble se diriger vers la victoire.  Leur persévérance sera récompensée au 125e tour, quand la voiture anglaise se doit de renoncer suite à une panne mécanique. Cet abandon est précieux pour Frédéric Makowiecki, qui se relance au championnat « pilotes », ainsi que pour Porsche Team Manthey. Outre ce doublé décroché à Shanghai grâce à la deuxième place de la 911 RSR n.91, l’équipe allemande se rapproche à un seul point de Ferrari au championnat « constructeurs » (214 points contre 215 à Ferrari). A la fin de la course, le constructeur italien n’arrivera à placer le duo Davide Rigon/James Calado qu’à la troisième place.

Si pour Aston Martin l’épreuve chinoise se termine avec un arrière-goût amer en GTE Pro, dans la catégorie cadette, la maison anglaise affiche encore une fois une domination absolue. Les Aston Martin Vantage V8 n.98 (Dalla Lana/Lamy/Nygaard) et N.95 (Poulsen/Heinemeier-Hansson/Stanaway) franchissent la ligne d’arrivée après six heures passées en tête de la course, en ordre inversé par rapport aux 6 Heures de Fuji. La Ferrari 458 Italia n.90 de l’équipe 8Star Motorsports (Roda/Ruberti/Cressoni) complète le podium des 6 Heures de Shanghai 2014.

La prochaine épreuve du Championnat du Monde d’Endurance – FIA WEC 2014, les 6 Heures de Bahreïn, se disputera le 15 novembre sur le circuit de Sakhir.




Retour