Retour

Succès pour l’AUDI R18 e-tron quattro / MICHELIN n°1 et titre pilotes pour Tom Kristensen, Loïc Duval et Allan McNish

6 Heures de Shanghai 2013 - FIA World Endurance Championship 2013 - Septième manche

Après la pluie battante des 6 Heures de Fuji 2013, qui avait contraint les instances à arrêter la course après16 tours parcourus derrière la safety car et sans jamais voir le drapeau vert claquer au vent, Audi Sport Team Joest et Toyota Motorsport GmbH attendaient de pouvoir montrer leurs dents dans le pays du Dragon.

La météo clémente des 6 Heures de Shanghai 2013 (25°C environ la température de l’air et jusqu’à 30°C sur la piste, ciel dégagé) leur a permis d’exprimer tout leur potentiel, donnant vie à un duel qui a animé la course jusqu’à 30 minutes de la fin.

Après s’être déjà imposée lors des qualifications, la Toyota TS030-Hybrid n°7 du duo Wurz/Lapierre prend rapidement le large lors du départ. Entretemps, sur la voiture jumelle n°8, Antony Davidson engage un duel avec André Lotterer, au volant de l’Audi R18 e-tron quattro n°1. Au bout de 10 tours, le pilote anglais parvient finalement à s’emparer de la seconde position. Les deux prototypes du constructeur japonais gardent la tête de la course jusqu’au 143ème tour (sur un total de 190).

Après quatre heures et demie, la Toyota TS030-Hybrid n°8 est en effet contrainte à l’abandon à cause de la rupture de la suspension avant droite, qui cédait au virage 6. La voiture n°1 se hisse ainsi à la deuxième place en resserrant même l’écart avec la n°7 jusqu’à trente secondes environ. Un relais très rapide du pilote français Benoît Treluyer, ainsi que quelques hésitations du prototype nippon lors des nombreux dépassements, expliquent la remontée de la voiture allemande.

Mais la situation aux avant-postes de la course est destinée à évoluer davantage. Encore en tête à 35 minutes de l’arrivée, la Toyota TS030-Hybrid n°7 nécessite un dernier ravitaillement de carburant pour terminer. C’est à la sortie de la pit lane que l’Audi R18 e-tron quattro n°1, pilotée par Benoît Treluyer, se colle à l’échappement du prototype japonais. En moins d’un tour, la voiture n°1, chaussée avec des pneus MICHELIN SOFT Hautes Températures, parvient à dépasser la n°7 d’Alexander Wurz, ayant pourtant opté lors du changement précèdent pour des pneus du même type.

Les 6 Heures de Shanghai s’achèvent donc sur la victoire de l’Audi R18 e-tron quattro n°1 (Lotterer/Treluyer/Fässler). La Toyota TS030-Hybrid n°7 (Wurz/Lapierre) s’empare de la place d’honneur. Le podium est complété par Tom Kristensen, Loïc Duval et Allan McNish, sur l’Audi R18 e-tron quattro n°2. Le trio est ainsi sacré Champion du Monde des Pilotes 2013.

Durant les 6 Heures de Shanghai 2013, la succession des arrêts aux stands a été plutôt réguliere : les protagonistes de la catégorie LMP1 ont privilégié une stratégie de relais simple pour les pneumatiques. En effet, l’asphalte était très glissant en début de course et le grip précaire avait pour effet d’accélérer l’usure des pneumatiques. En outre des nombreux débris ont envahi la chaussée au fil des tours en causant des pertes de pression progressive, l’une à la voiture n°1 d’André Lotterer, 57 minutes après le départ, l’une à la Toyota TS030-Hybrid n°8 pilotée par Sébastien Buemi à 14h02 et une autre à la voiture n°7 de Nicolas Lapierre à 15h17.

En LMP2, le seul partenaire de Michelin, le PeCom Racing, a été affecté par des problèmes électriques, quand l’Oreca 03/Nissan n°49 était 5ème au classement de la catégorie. Le trio Luis Perez-Companc, Nicolas Minassian et Pierre Kaffer n’a donc pas pu jouer ses cartes au classement général, en pouvant parcourir 56 tours seulement.

Comme en LMP1, la catégorie LMGTE Pro a été particulièrement disputée. Les Ferrari 458 Italia n°51 et n°71 de l’équipe AF Corse et les Aston Martin Vantage V8 d’Aston Martin Racing ont pris la tête de la course à tour de rôle durant les premières heures de course. Les deux Porsche 911 RSR du Porsche AG Team Manthey n’ont jamais perdu le contact avec leurs devanciers, en participant ainsi à maintenir la pression élevée. La régularité des voitures de Stuttgart permettra enfin à la n°91 (Bergmeister/Pilet) de terminer l’épreuve à la troisième place. Le podium se compose en effet de l’Aston Martin Vantage V8 n°97 (Darren Turner/Stefan Mücke), de l’Aston Martin Vantage V8 n°99 (Pedro Lamy/Bruno Senna) et de la Porsche 911 RSR n°91. Les titres mondiaux restent ouverts et ils se décideront dans trois semaines aux 6 Heures de Bahreïn.

Enfin, la Ferrari 458 Italia n°81 de l’équipe 8 Star Motorsports (Potolicchio/Aguas/Rigon) s’impose dans la catégorie LMGTE AM. La voiture italienne devance la Porsche 911 GT3 RSR n°76 de l’équipe IMSA Performance Matmut (Narac/Vernay/Palttala) et l’Aston Martin Vantage V8 n°96 du trio Campbell-Walter/Adam/Hall.

Félicitations à l’équipe Audi Sport Team Joest pour le titre des pilotes, conquis après celui des constructeurs.

Bravo à Tom Kristensen et Allan McNish, dont la valeur est notoire. Je tiens à souligner la performance et la fiabilité de Loïc Duval, le plus jeune du trio : il a prouvé cette année tout son talent.

Serge GRISIN, le Directeur de la Compétition Automobile Michelin

Rendez-vous à Bahreïn les 28, 29 et 30 novembre 2013 pour la manche finale du FIA WEC 2013.


Retour