Retour

MICHELIN dans le désert du Bahreïn

Avec la concentration de véhicules de sport la plus élevée du monde (par rapport au parc circulant) et la présence de voitures hors-série équipées de pneus « sur mesure », pouvant atteindre les 23 pouces de diamètre (ndr, une Ferrari 458 Italia est équipée à la sortie de l’usine de pneus 20 pouces), le Moyen Orient est un marché riche, qui reconnait les performances et le prestige des pneus MICHELIN.

Ainsi, les 6 Heures de Bahreïn 2012 devient une occasion pour le pneumaticien français de démontrer aux passionnés de sport automobile du monde arabe les performances de ses pneus d’Endurance. Pour allier adhérence, constance et durée de vie en circuit, MICHELIN a recours à des innovations qui préfigurent les technologies intégrées dans les pneus « sport » de série de demain.

Ce transfert de technologies permanent entre le circuit et la route permet déjà aujourd’hui aux propriétaires de voitures sportives de bénéficier de deux technologies directement issues des 24 Heures du Mans et qu’ils retrouvent dans le MICHELIN PILOT Super Sport : le mélange de gommes bi-compound, qui permet une adhérence maximale en virage, et le « Variable Contact Patch 2.0 », qui augmente la durée de vie du pneu et la constance de ses performances.

Durée de vie des pneus et constances des performances sont les paramètres clés des 6 Heures de Bahreïn 2012, disputées sur un circuit en plein désert. Si l’asphalte de la structure de Sakhir est en parfaites conditions (elle a ouvert ses portes le 17 mars 2004), sa surface est néanmoins rendue glissante par le dépôt de sable qui échappe au produit adhésif pulvérisé par les organisateurs tout autour du tracé. Les pneus MICHELIN seront ainsi soumis à des glissements constants, qui pourraient en accélérer la dégradation.

Serge GRISIN, directeur de la compétition automobile MICHELIN, explique l’impact des conditions de course sur les pneumatiques : « Les 6 Heures de Bahreïn sont une manche du FIA WEC très éprouvante pour les pneumatiques. Nous nous attendons à un départ chaud, sur une piste pouvant atteindre les 50° C. L’asphal te se refroidira ensuite dans la soirée. La capacité des pneus MICHELIN à maintenir leurs performances sur une large plage de températures sera mise à l’épreuve. Ainsi, la victoire pourrait se décider par la stratégie des pneumatiques : chausser les bons pneus au bon moment et savoir profiter de la constance des performances pendant deux relais (LM P1) sont deux impératifs pour le partenaire qui souhaitera s’imposer au Bahreïn ».

Un technicien spécialisé de MICHELIN travaillera aux cotés de chacun des partenaires. Durant la course, il fournira à l’équipe et aux pilotes ses recommandations en termes de choix de pneus, pression de gonflage et réglage des voitures. Les techniciens MICHELIN assureront également la remontée des informations aux ingénieurs de la Division Compétition du Groupe. Les données seront ensuite utilisées par Nicolas GOUBERT, le directeur technique de MICHELIN Compétition, et par son équipe lors du développement des pneus pour la prochaine saison d’Endurance.


Retour