Retour

MICHELIN au 77ème Bol d’Or

Un podium et une quatrième place, dans un laboratoire grandeur nature

Grâce à ses partenaires Yamaha Monster Austria YART et Yamaha France GMT 94 MICHELIN Yamalube, les pneumatiques MICHELIN terminent deuxième et quatrième de cette 77ème édition du Bol d’Or, disputée le week-end dernier sur le circuit de Nevers Magny-Cours.

La célèbre course d’endurance a donné lieu, cette année encore, à une superbe bagarre entre les équipes engagées dans la course au podium, pimentée par le froid et quelques gouttes de pluie, rendant le choix des pneumatiques particulièrement tactique.

Dans ce contexte difficile, les partenaires de MICHELIN ont tiré parti des nouvelles technologies déployées par le manufacturier clermontois à l’occasion de cette épreuve, notamment au niveau de l’architecture et des mélanges de gommes des pneus. Les nouveaux pneumatiques MICHELIN ont été à la fois performants (tous les partenaires EWC ont amélioré leurs chronos par rapport à l’édition 2012 du Bol d’Or), constants (avec des chronos très proches entre les premiers tours et la fin des relais) et ont également fait preuve d’une excellente mise en régime, ce qui produit un avantage fondamental à la sortie des stands, après les arrêts, et lors des interventions des « voitures de sécurité ».

Plus en détail, le nouveau pneu avant, pourvu d’une nouvelle architecture, s’est montré particulièrement polyvalent, en permettant aux partenaires de MICHELIN de maintenir une performance très élevé de jour, comme de nuit, quelle que soit la température.

Le nouveau pneu arrière, aux mélanges de gomme spécifiques pour accroître le grip sur l’angle et la performance à basse températures, a permis aux partenaires de décrocher les meilleurs chronos dans les conditions les plus difficiles.

La Yamaha R1 de l’équipe Yamaha France GMT 94 MICHELIN Yamalube s’est illustré durant le Bol d’Or 2013 par ses performances, et les pneus MICHELIN ont contribué à ses chronos : après presque cinq heures de course poursuite, à 19h52, au 161ème tour, la moto N°94 prend la tête de la course. Elle la garde pendant 10 minutes. Puis l’écart se maintient à un tour pendant toute la nuit. Après 18 heures de course, l’équipe de Christophe GUYOT est revenue à 1’22’’ du premier. La moto sera ensuite contrainte à un arrêt imprévu au stand, qui la retardera. Elle terminera néanmoins quatrième du classement final.

Enfin, avec seulement deux références de pneumatiques utilisées pendant l’épreuve, ces nouveaux pneumatiques MICHELIN illustrent une évolution technologique significative : en cinq ans, MICHELIN a réduit de près de la moitié le nombre de spécificités nécessaires pour la course, tout en améliorant la performance chronométrique.

Les développeurs de MICHELIN travaillent sur l’allongement de la durée de vie des pneumatiques, ainsi que sur l’élargissement de leurs plages d’utilisations, toujours en préservant la performance et la sécurité des pneus. Cette stratégie, qui consiste à faire progresser ensemble des performances pourtant antagonistes, est au cœur de la Recherche et du Développement du pneumaticien français et s’appelle « MICHELIN Total Performance ».


Retour