Retour

Formula-E 2017/2018 - Mexico - 2 tours de plus grâce à l’adhérence et à la longévité des pneus MICHELIN Pilot Sport EV2

La cinquième manche du Championnat 2017-2018 de Formula E vient de s’achever sur l’Autodromo Hermanos Rodriguez de Mexico City. La victoire revient au pilote allemand Daniel Abt (Audi Sport Abt Schaeffler), devant le britannique Oliver Turvey (NIO) et le suisse Sébastien Buemi (Renault-e.dams). Comme l’année dernière, le soleil et la chaleur étaient omniprésents, avec des températures relevées à 27°C dans l’air et 43°C au sol au moment du départ de la course, à 16h04 précisément.

cp_fae-2018_mexico_1040x400

 

C’est sur une piste très sale que se sont d’abord élancés les concurrents en début de journée, leurs monoplaces soulevant énormément de poussière. En outre, le circuit étant situé à plus de 2 250 m d’altitude, la trainée et l’appui aérodynamiques sont moins forts compte-tenu de la plus faible densité de l’air, laissant alors au pneu une plus grande part de travail en termes de grip. Car si le circuit est permanent, il est peu fréquenté et, en ce qui concerne la Formula E, se faufile au coeur d’un stade de base-ball. Cela veut dire que des raccords, mais aussi des bitumes à l’adhérence très changeante ont constitué des défis de premier ordre pour les MICHELIN Pilot Sport EV2 qui équipent l’ensemble des voitures du championnat. Composé de 18 virages, le circuit du E-Prix de Mexico, long de 2,092 km, a cette année été parcouru à 47 reprises contre 45 tours la saison dernière.

Entre la chaleur, les nombreux changements d’adhérence, le manque d’appui aérodynamique et le fait que les voitures ont évolué à des vitesses encore plus élevées que celles de l’année dernière, Le MICHELIN Pilot Sport EV2 a dû, encore une fois, faire preuve de la plus grande des polyvalences. Nous étions sereins sur son niveau de performance car d’une part nous avions déjà roulé sur ce circuit avec ce pneu l’année dernière, et d’une autre nous avons déjà eu l’occasion de démontrer à plusieurs reprises le caractère « tout-terrain » du MICHELIN Pilot sport EV2. Nous n’avions pas d’inquiétude non plus sur l’usure, même si les voitures tournaient plus vite et que l’E-Prix comportait deux tours de plus. Le spectacle de haut niveau offert aujourd’hui confirme que les MICHELIN Pilot Sport EV2 ont permis à tous les pilotes de se battre jusqu’au bout de la course sans se soucier de la question pneumatique.

Serge Grisin, manager de Michelin en FIA Formula E

Après le Mexique, les monoplaces 100 % électriques de la Formula E se rendront à Punta Del Este, pour un E-Prix qui aura lieu le 17 mars prochain. Ce sera la dernière étape sur le continent Américain avant la tournée européenne.


Retour