Retour

Formula E 2016/2017 - Les pneus MICHELIN Pilot Sport EV2 chassent la poussière à Mexico City

La quatrième manche du Championnat de FIA Formula E vient de s’achever sur l’Autodromo Hermanos Rodriguez de Mexico City, avec la victoire du brésilien Lucas Di Grassi (Audi Sport Abt Schaeffler), devant le français Jean-Eric Vergne (Techeetah) et le britannique Sam Bird (DS-Virgin Racing).

cp_fae-mexique-2017_1040x400

 

Comme prévu, le soleil et la chaleur étaient de la partie, avec des températures assez élevées pour la saison : les ingénieurs de Michelin ont relevé 27°C dans l’air et 47°C sur la piste au moment du départ de la course, à 16h00.

Mais alors que la piste était déjà jugée sale par les pilotes car assez peu utilisée, le vent a en plus ramené une poussière fine qui a recouvert l’asphalte. Pendant toute la journée de course, les pilotes ont dû composer avec une surface au grip très changeant selon les virages. D’une part, ils ont roulé sur des portions du circuit jamais empruntées hormis par la Formula E – celles du stadium de base-ball – et d’autre part ils ont fait face à la difficulté de nettoyer la trajectoire dans les virages les plus exposés au vent.

Composé de 17 virages – 5 vers la gauche, et 12 vers la droite – le tracé long de 2,092 km reprend la totalité de la partie ovale de la piste (la Formule 1 n’en utilise que la moitié) avant de plonger vers des virages serrés, à l’intérieur des gradins du stade de base-ball. Sensations et ambiance étaient alors au rendez-vous, les 40 000 places disponibles ayant, à l’instar de l’année dernière, été vendues bien avant le jour de la course

Le moins que l’on puisse dire, c’est l’ePrix de Mexico a tenu toutes ses promesses en termes de spectacle. Entre les variations de température, la poussière déposée par le vent et les aléas d’adhérence liés à la nature du revêtement, les pilotes ont eu fort à faire. Heureusement, lorsque nous avons conçu le MICHELIN Pilot Sport EV2, nous avons anticipé toutes ces caractéristiques afin de définir le pneumatique le plus polyvalent qui soit. Nous savions que nous allions rouler sur des circuits urbains présentant diverses situations (plaques d’égout, bandes de peinture de signalisation routière), mais nous avions compris que certains tracés, comme ce circuit permanent, présenteraient d’autres particularités. Les pistes du stade de base-ball représentent un fait unique dans la saison. Le spectacle de haut niveau offert aujourd’hui confirme que les MICHELIN Pilot Sport EV2 ont permis à tous les pilotes de se battre jusqu’au bout du ePrix.

Serge Grisin, le manager de Michelin en Formula E

Retour