Retour

Le printemps de la gastronomie française

Célébrer partout dans le monde  l’excellence de la cuisine française, le 21 mars, c’est l’objectif de l’opération #GoodFrance, ou Goût de France. Un événement auquel participe Michelin depuis sa création.

actu_goutdefrance2018_1040x400

 

Né en 2015, dans la foulée de l’inscription du « repas gastronomique des Français » sur la liste du patrimoine immatériel par l’UNESCO, #GoodFrance célèbrera, en 2018, pour la quatrième année de suite, la vitalité de la gastronomie française. Ses meilleurs ambassadeurs, ses chefs, seront mobilisés spécialement pour cette occasion. Environ 3 000 d’entre eux sont attendus cette année, dans 150 pays.

En quoi consiste l’opération #GoodFrance ? Les chefs participant à l’évènement présenteront à leurs clients un menu spécial « GoodFrance » inspirés des références de la gastronomie française.

Pour chaque restaurant, il s’agit de rendre hommage, sous la forme d’un dîner, à l’excellence de la cuisine française, à sa capacité d’innovation et aux valeurs qu’elle véhicule : partage, plaisir, respect du « bien manger et de la planète. Avec GoodFrance, la cuisine et la culture française sont à l’honneur, Et font rayonner la France à l’international.

Le chef français multi-étoilé, Alain Ducasse, l’un des initiateurs de l’évènement, rappelle :

Parler de cuisine, surtout de cuisine française, c’est parler de joie de vivre, de légèreté, d’optimisme et de plaisir. Des idées centrales pour l’image de la Destination France.

Alain Ducasse

Ce projet est porté par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, via notamment son réseau diplomatique. Cette année encore, ambassades et consulats ouvriront leurs portes (156 à travers le monde en 2017) le temps d’un dîner.

Les restaurants participants sont nombreux et les types de cuisine variés : haute gastronomie, bistronomie, cuisine traditionnelle, cuisine contemporaine … Les écoles de formation gastronomique et hôtelière sont également encouragées à participer par le biais de leurs propres restaurants.

Participer à l’opération Good France c’est, pour les restaurateurs, l’assurance :

  • D’acquérir une labellisation d’excellence grâce à une sélection par un Comité de Chefs
  • D’appartenir à une communauté internationale d'environ 3 000 chefs
  • D’agir pour le rayonnement du patrimoine culinaire français
  • D’accroître leur visibilité auprès des clientèles françaises et étrangères
  • D’augmenter le taux de remplissage de leur restaurant (le prix du menu #GoodFrance est fixé librement par chaque restaurateur)

« Célébrer l’excellence de la cuisine française »

3 questions à

Claire Dorland-Clauzel
directeur, marques et relations extérieures
membre du comité exécutif du groupe

Pourquoi Michelin soutient  l’opération #GoodFrance ?

Michelin est heureux d'être partenaire de la quatrième édition de cet événement qui permet à chacun, aux quatre coins du monde, de célébrer l'excellence de la cuisine française en vivant une expérience culinaire unique. Michelin a en effet depuis l’origine pour ambition d'améliorer la mobilité de ses clients et propose des offres  qui leur font vivre des moments uniques au cours de leurs voyages et de leurs déplacements. Référence mondiale des guides gastronomiques, le guide MICHELIN met en lumière chaque année de nouvelles tables et fait découvrir au grand public de nouveaux talents culinaires. Il était donc naturel que nous nous associons à Goût de France.

Une longue histoire unit Michelin et la gastronomie, comment expliquez-vous le succès intemporel que connait le Guide MICHELIN ?

Michelin et la gastronomie, c’est une histoire plus que centenaire. C’est l’histoire d’un petit guide imaginé pour accompagner, au tournant du 19ème siècle, les automobilistes lors de leurs pérégrinations en France… Un petit guide devenu, au fil des années, une  référence mondiale. Son expansion internationale est venue récompenser l’excellence et la constance de nos critères et méthodes au Japon ou aux Etats-Unis, en Chine et partout en Europe, notre méthode est fondée sur des règles immuables, respectées scrupuleusement par nos inspecteurs : visites anonymes et régulières des établissements, indépendance financière, choix basés sur des critères précis, mise à jour annuelle de toute la sélection. Contrairement à une idée reçue, le guide MICHELIN n’est pas un annuaire d’adresses, mais bien une sélection rigoureuse des meilleurs établissements

En 2010, l’Unesco inscrivait le « repas gastronomique des Français » au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Selon vous, quel rôle peut jouer le guide MICHELIN ? Selon vous, le Guide Michelin a-t-il pour vocation de justement jouer le rôle d’ambassadeur de ce cet art de vivre à la française ?

Certainement. Je vois dans la richesse culinaire de nos territoires mise en valeur chaque année par le guide MICHELIN une aubaine pour faire découvrir aux touristes du monde entier le patrimoine gastronomique de l’hexagone. Levier d’emploi local, l’excellence de nos chefs tire tout le secteur vers le haut : des agriculteurs qui travaillent le sol jusqu’aux éleveurs, sans oublier les artisans et les hôteliers. La renommée d’un restaurant met ainsi sous le feu des projecteurs sa ville et sa région et accroît leur visibilité, en France comme à l’étranger. Les visiteurs ne se limitent d’ailleurs pas à l’offre gastronomique, mais profitent également des offres d’hôtellerie et de loisirs. Avec près d’un tiers de touristes qui séjournent dans notre pays, attirés par notre cuisine et la saveur de nos vins, je me réjouis de voir que c’est tout l’écosystème local et la France entière qui bénéficient de la gastronomie mise en valeur par le guide MICHELIN. Le succès du Guide MICHELIN à l’international s’explique par sa capacité à être à la fois local et universel. Reflet des gastronomies mondiales, il s’évertue à les mettre à l’honneur pour valoriser l’excellence de la gastronomie, synonyme de cet art de vivre à la française.

Guides MICHELIN, plus de 30 éditions à travers le monde

Quand on parle du guide MICHELIN, sans doute vaudrait-il mieux parler des guides MICHELIN.  Le guide MICHELIN, c’est aujourd’hui 30 éditions sur 4 continents et dans 31 pays. En commençant par l’Italie il y a 60 ans et après avoir visité l’Europe, le guide MICHELIN a depuis parcouru et exploré bien des horizons culinaires, parfois très éloignés de Clermont-Ferrand !
 

actu_coulisses-gm_1040x400

 

Pensez, nos inspecteurs ont ainsi traversé l’Atlantique en 2004 (New York City) avant de partir à la découverte de Tokyo en 2006 (millésime 2008). Le mouvement s’est même amplifié ces dernières années. Après une première destination en Amérique latine en 2015 (Rio de Janeiro et São Paulo), ce ne sont pas moins de 4 nouvelles villes qui ont été auréolée d’étoiles MICHELIN et autres Bib Gourmand en 2016 : Washington DC, Séoul, Shanghai, Singapour… Plus récemment encore, et pour le plus grand plaisir de nos lecteurs, nos inspecteurs ont découvert les tables de Séoul en Corée  (2017) ; Taipei et Guangzhou en Chine et Bangkok en Thaïlande (2018). Si, au travers de ces différentes éditions, les destinations et les cuisines sont de plus en plus variées, une chose demeure : la rigueur de la méthode. Partout dans le monde, nos inspecteurs continuent à sillonner les routes à la recherche des meilleurs établissements pour les tester anonymement selon des critères identiques à ceux du tout premier guide MICHELIN.