A l’occasion du sommet mondial Movin’On 2018, rendez-vous annuel des grands acteurs de la mobilité durable, Michelin s’engageait auprès de SBTi à définir, sous deux ans, des cibles de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. Soumises en octobre 2019, ces cibles viennent d’être validées par SBTi car compatibles avec les sciences du climat. Les cibles portant sur les émissions de gaz à effet de serre générées par les activités industrielles(scope 1et 2) de Michelin sont conformes à l’objectif de limiter la hausse de la température mondiale à 2°C.

  • L’initiative SBTi en bref
    • L’initiative SBTi définit et encourage les meilleures pratiques dans la fixation de cibles fondée sur la science et valide de manière indépendante les objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES). Il s’agit d’une collaboration entre le CDP, le Global Compact des Nations Unies (UNGC), le World Resources Institute (WRI) et le World Wide Fund for Nature (WWF). Les objectifs basés sur la science sont en adéquation avec ce que les dernières références scientifiques préconisent pour éviter les effets les plus néfastes en matière de changement climatique.
    • Le site sciencebasedtargets.org
Photo de Florent Menegaux
La priorité reste la lutte contre le réchauffement climatique, la préservation de notre environnement, le développement d’une économie circulaire, et le maintien de la biodiversité.
Florent Menegaux, Président du groupe Michelin

Les ambitions chiffrées de Michelin contre le réchauffement climatique

Michelin prend l’engagement de réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de scopes 1 et 2 de 38 % en valeur absolue, à l'horizon 2030 par rapport à l'année de référence 2010*. Michelin s'engage à réduire ses émissions de GES de scope 3 liées, d’une part, à la mise à disposition de combustibles et d’énergie, d’autre part, au transport et à la distribution amont et aval et, enfin, au traitement en fin de vie des produits vendus, de 15 % en valeur absolue, à l'horizon 2030 par rapport à l'année de référence 2018. De plus, Michelin s'engage à ce que 70 % de ses fournisseurs de matières premières (% en émissions de GES) aient fixé des cibles "science-based" d’ici 2024.

*Le périmètre de la cible inclut les émissions et les absorptions liées aux sources biogènes et à la biomasse utilisée à des fins énergétiques.

 

Depuis 2019, un partenariat entre Michelin et WWF met la décarbonation du transport et la fixation des cibles de réduction d’émissions de gaz à effet de serre au cœur des actions menées ensemble.

wwf
wwf
L’engagement du groupe Michelin pour réduire son empreinte carbone sur le long terme confirme la transformation en cours au sein du secteur de la mobilité. Nous espérons que ce succès inspirera d’autres entreprises du secteur à s’engager pour une société moins carbonée.
Arnaud Gauffier, Directeur des Programmes WWF France
  • Emissions de scopes 1, 2 et 3 : de quoi s’agit-il ?
    • Scope 1 : émissions issues des sources fixes ou mobiles appartenant à ou sous la maîtrise opérationnelle de, la société

    • Scope 2 : émissions issues des installations générant l’énergie achetée et consommée par l’entreprise (électricité, vapeur…)

    • Scope 3 : émissions générées comme conséquence des activités de l’entreprise mais issues des sources qui ne sont ni la propriété ni sous la maîtrise opérationnelle de l’entreprise. La norme* définit 15 catégories d’activité dans la chaine de valeur.

*“The Greenhouse Gas Protocol. A Corporate Accounting and Reporting Standard, revised edition”, World Business Council for Sustainable Development and World Resources Institute

Agir à chaque étape du cycle de vie du pneumatique

Pour faire face à l’urgence du réchauffement climatique, le groupe Michelin mène des actions à chaque étape du cycle de vie de ses produits et s’appuie sur une démarche d’économie circulaire.

SCHÉMA_ACV_climate change_FR

Afin de réduire l’empreinte carbone de sa production à l’échelle mondiale et ainsi réduire les émissions dites de scopes 1et 2, Michelin s’est notamment fixé deux priorités : améliorer l’efficacité énergétique de ses outils industriels et continuer à recourir davantage aux énergies renouvelables.  Cette stratégie a déjà des effets concrets et positifs : en Europe, les usines sont approvisionnées à 85% en électricité garantie d’origine renouvelable. Ainsi, les émissions de CO2 ont déjà pu être réduites de 24,8 % entre 2010 et 2019. Pour 2050, l’ambition du Groupe est d’atteindre la zéro émission nette pour ses sites industriels.

La réduction des émissions de scope 3, issues des activités dans notre chaine de valeur, impliquent un engagement long-terme avec nos fournisseurs et nos partenaires externes en faveur d’une transition énergétique et des solutions novatrices fondées sur une démarche d’économie circulaire.

Que ce soit dans la conception ou la fabrication de ses produits et services, ou sur l’ensemble de ses différents sites industriels, le respect de l’environnement fait partie intégrante de la stratégie du groupe Michelin. « Demain chez Michelin, tout sera durable » : c’est ainsi que le groupe Michelin exprime sa vision pour le futur.  Et la crise que le monde traverse aujourd’hui ne fait que renforcer la conviction du Groupe d’accélérer toutes ses démarches en faveur de l’environnement et du climat.

Lire aussi :

Recevez nos informations par email