Dans la foulée de la COP26, lors de laquelle le Groupe a réaffirmé son engagement pour la planète, Michelin a dédié une journée au pneu 100 % durable, à Ladoux, le « vaisseau amiral » de la R&D du Groupe. L’occasion pour Michelin de rappeler sa volonté de continuer à investir et innover dans le pneumatique, conformément à son nouveau plan stratégique  « Michelin in motion», présenté en avril dernier.

Réduire l’impact environnemental du pneumatique tout au long de sa vie

Les analyses de cycle de vie (ACV) permettent d’évaluer les impacts d’un produit ou service sur l’environnement tout au long de sa durée de vie, et sur différents enjeux comme le changement climatique, la raréfaction des ressources, le changement d’utilisation des terres, l’eau, la santé humaine.

« Pour atteindre au plus vite son ambition du pneu 100% durable, Michelin utilise l’analyse de cycle de vie. Cet outil permet d’évaluer l’ensemble des impacts environnementaux du pneu tout au long de sa vie, depuis l’extraction des matières premières dont il est constitué, en passant par sa conception, sa fabrication, ses usages et son traitement en fin de vie. Cette analyse met en évidence, que la phase d’usage représente en général la contribution la plus importante à l’impact du pneumatique mais aussi que cet impact est prédéterminé par sa conception. Il est donc crucial d’agir dès le début de la chaîne, à la fois en intégrant plus de matériaux durables mais aussi tout en continuant  à progresser par le choix de ces matériaux sur la réduction des impacts en usage. Cela passe par des pneus conçus avec des performances faites pour durer, une résistance au roulement qui minimise les émissions de CO2 et favorise l’autonomie des batteries de véhicules électriques, et par une conception minimisant les émissions de particules d’usure des pneus et de la route. »

 

Eric Vinesse,  Directeur, Recherche & Développement - Membre du Comité Exécutif du Groupe.

« Pour atteindre au plus vite son ambition du pneu 100% durable, Michelin utilise l’analyse de cycle de vie. Cet outil permet d’évaluer l’ensemble des impacts environnementaux du pneu tout au long de sa vie, depuis l’extraction des matières premières dont il est constitué, en passant par sa conception, sa fabrication, ses usages et son traitement en fin de vie. Cette analyse met en évidence, que la phase d’usage représente en général la contribution la plus importante à l’impact du pneumatique mais aussi que cet impact est prédéterminé par sa conception. Il est donc crucial d’agir dès le début de la chaîne, à la fois en intégrant plus de matériaux durables mais aussi tout en continuant  à progresser par le choix de ces matériaux sur la réduction des impacts en usage. Cela passe par des pneus conçus avec des performances faites pour durer, une résistance au roulement qui minimise les émissions de CO2 et favorise l’autonomie des batteries de véhicules électriques, et par une conception minimisant les émissions de particules d’usure des pneus et de la route. »

 

Eric Vinesse,  Directeur, Recherche & Développement - Membre du Comité Exécutif du Groupe.

Les étapes du cycle de vie du pneumatique : décryptage

Comment accélérer la transformation des matières premières en déchets ?

Michelin souhaite accélérer la transformation des déchets en matières premières qui seront ensuite utilisées dans la production de nouveaux pneus et dans d’autres activités industrielles. Pour cela, le Groupe noue des partenariats avec des entreprises innovantes qui développent des technologies de rupture, dans le domaine de la régénération de la matière et du recyclage.

  • Exemples de partenariats

  • BioButterfly

    Le projet BioButterfly a pour objectif de produire du butadiène à partir d’éthanol extrait de la biomasse en remplacement du butadiène issu du pétrole. 4.2 millions de tonnes de copeaux de bois pourraient être intégrés dans les pneus Michelin chaque année.

  • Carbios

    Via un procédé révolutionnaire, créé par Carbios, les objets composés d’un certain type de plastique, le PET, sont digérés par des enzymes qui restituent la matière sous sa forme originelle. Presque 4 milliards de bouteilles plastiques pourraient être recyclés dans les pneus Michelin chaque année.

  • Enviro

    Via un procédé unique, développé par Enviro, les pneumatiques en fin de vie sont décomposés par pyrolyse afin de récupérer certains composants d’origine tels que le noir de carbone. 56 millions de pneus pourraient être recyclés dans des nouveaux pneus MICHELIN chaque année.

  • Pyrowave

    Via un procédé novateur, développé par Pyrowave, les objets en polystyrène sont décomposés par micro-ondes afin d’en récupérer la matière d’origine : le styrène. L’équivalent de 80 000 tonnes de déchets en polystyrène pourraient être recyclées dans les pneus MICHELIN chaque année.

  • BioButterfly
  • Carbios
  • Enviro
  • Pyrowave

Par ailleurs, Michelin et Bridgestone ont présenté, le 22 novembre à la conférence « Smithers Recovered Carbon Black », une stratégie commune visant à faciliter l’accès au noir de carbone recyclé provenant de pneus en fin de vie, afin de l’utiliser pour la production de nouveaux pneumatiques. Comme l’a souligné Sander Vermeulen, Directeur Marketing & Business Développement, Stratégie et Nouveaux Business Matériaux de Haute Technologie : “Il est temps d’accroître la circularité de l’industrie du caoutchouc tout entière, en augmentant sa capacité à utiliser des matériaux recyclés et/ou récupérés de pneus en fin de vie. Je suis ravi que notre partenaire Bridgestone partage notre vision ; ensemble, nous invitons tous les acteurs de la chaîne de valeur du pneu et du caoutchouc à s’engager dans la transition vers la circularité des matériaux. ”

michelin-brigestone

Les engagements de Michelin pour la planète à l’horizon 2030

Voir aussi :

La recette du 100 % durable, moins facile qu’elle n’en a l’air !

Recevez nos informations par email