Retour

Nouveau Campus de R&D : la performance pour une mobilité durable

Editorial par Jean-Dominique Senard, Président du groupe Michelin

La stratégie d'innovation du groupe Michelin : le choix de la performance pour une mobilité durable

cp_urbalad_1040x400

 

A l’heure où Michelin inaugure son nouveau Campus RDI, le Centre de Technologies du groupe est, plus que jamais, le coeur de notre entreprise. Un coeur mis au service de la capacité toujours plus grande de Bibendum à répondre aux besoins de ses clients.

Les clients, par les usages, sont les pilotes de la révolution digitale - un grand bouleversement qui impose à toutes les entreprises en quête de croissance de s’adapter. Le consommateur est plus volatil et sa fidélisation nécessite de proposer de plus en plus vite des produits offrant une utilité réelle et faisant la différence. Une prime est donnée aux entreprises agiles. Les frontières s’estompent et des acteurs inattendus viennent brutalement bousculer les entreprises installées. Le digital n’est pas une mode, c’est une tectonique puissante de transformation de l’économie. Ce changement, Michelin a choisi de l’incorporer activement à ses activités, et non de le subir. Cela signifie se transformer, repenser la relation avec tous ses clients, mieux s’organiser, diffuser plus rapidement dans le plus grand nombre de ses lignes-produits les grandes innovations.

Pour Michelin, entreprise visionnaire devenue leader de son marché grâce à l’inventivité et à la créativité, l’innovation – et pas seulement l’innovation digitale – demeure la clef de la rentabilité en même temps que la condition de sa  compétitivité et de sa capacité à demeurer leader sur notre marché.

La première raison, c’est le réalisme. La révolution numérique est plus que le commerce en ligne, les tablettes ou le soutien aux start-ups : il bouleverse en profondeur le rapport au client, qui prend le pouvoir, qui attend un contenu plus riche en services, de la simplicité, et surtout qui attend une offre globale au service de sa mobilité. L’ubérisation est possible dans tous les secteurs d’activité parce que les disruptions technologiques sont partout et transversales. Michelin sait que la seule manière d’y résister est de faire sienne cette nouvelle économie. Sans même évoquer d’éventuels nouveaux entrants, la concurrence est d’ores et déjà rude et nous impose d’aller vite et de trouver des gisements de valeur nouveaux.

La deuxième raison, c’est l’ensemble des formidables opportunités qu’offre le foisonnement technologique. Depuis plus de 125 ans, Michelin se veut un acteur de la mobilité. Depuis 70 ans, il diffuse la technologie radiale, la grande innovation pneumatique du XXème siècle. Depuis le début des années 90, avec l’invention des pneus verts, il est un acteur précurseur de la mobilité durable. Depuis quelques années, il prend une nouvelle longueur d’avance en développant le pneu connecté, tout en investissant dans des jeunes pousses partout dans le monde, dans le covoiturage, la pile à hydrogène ou la gestion numérique de flottes automobiles. Notre ambition est la suivante : structurer une offre complète de services pour toutes les mobilités, pour tous les usages, pour tous les clients. Notre stratégie de prise de participation dans des pépites des nouveaux services en France, en Chine ou encore au Brésil s’inscrit dans cette ambition.

La troisième, c’est que l’innovation technologique est un levier au service de nos valeurs et de notre raison d’être. L’innovation n’est pas une fin en soi.

Elle est la condition du progrès, et, pour Michelin, un levier de changement que nous mettons au service de nos valeurs, afin de prendre notre juste part à ce progrès humain, pour une vision de long terme des transports, plus propres, plus sûrs, plus simples, moins coûteux. L’économie circulaire et la sécurité sur la route inspirent au quotidien notre stratégie de R&D. L’après pétrole s’invente aujourd’hui, et ce nouvel espace économique, technologique et sociétal, est un défi crucial pour un acteur majeur des pneumatiques.

C’est la raison pour laquelle Michelin s’est engagé lors de la COP21 à réduire de 20% l’empreinte carbone de ses pneus à horizon 2030. L’intensification plus avant de nos efforts et méthodes de R&D permettra d’atteindre cet objectif.
 

cp_ubalad_1040x400_2

 

Pour donner corps à cette vision de la mobilité durable, la stratégie d’innovation du groupe a pris plusieurs partis.

Le premier, c’est l’open innovation. Nos communautés d’innovations ne se limitent pas au Centre de Technologie du groupe, même s’il en est le point névralgique, avec un budget de presque 700 millions d’euros : startups, partenariats de recherche, filiales communes créés avec d’autres grands groupes, concours ouverts à nos salariés : nous croyons en la nécessité d’aller aussi chercher ailleurs les idées qui feront l’offre de demain. Sans ouverture, sans organisation d’un écosystème créatif, même une grande entreprise industrielle en position de force finit par étouffer.

Cette ouverture s’exprime dans l’architecture du nouveau Campus RDI. Sur chacune des dix plateformes de travail, des ingénieurs de recherche avancée, des spécialistes des marchés et des usages des clients et des développeurs travaillent
ensemble, transversalement et dans un élan commun.

2016 est l’année au cours de laquelle les différents éléments que le groupe a mis en place, depuis plusieurs décennies pour certains ou depuis quelques années pour d’autres, sont dynamisés, de la gouvernance, avec le Corporate Innovation Board, aux 300 partenariats technologiques noués partout dans le monde. Les premiers résultats sont au rendez-vous, tels que le MICHELIN CrossClimate, premier pneu été homologué hiver, dont le temps de conception a été divisé par deux.

Ce faisant, Michelin se donne les moyens de demeurer l’entreprise la plus innovante de son secteur tout en affinant une stratégie globale de mobilité, de changer tout en restant fidèle à ce que nous sommes : une entreprise solide, visionnaire, responsable, globale et locale.

L’inauguration du Campus RDI donne au groupe MICHELIN les moyens de demeurer l’entreprise la plus innovante de son secteur, au service de la mobilité durable.

Jean-Dominique Senard - Président du groupe MICHELIN

Le second, c’est la performance durable. La performance d’un pneumatique est une équation d’une redoutable complexité, que l’expertise Michelin sait résoudre pour proposer l’équilibre parfait et une expérience de conduite inégalée. Le pneu est un produit de haute technologie, et chacune de ses composantes mobilise des centaines de chercheurs, ingénieurs, techniciens, parfois d’ailleurs au-delà du pneu.

C’est une vision de long terme et engagée de la consommation, sans doute plus exigeante mais à laquelle tout le monde gagne.

Quand de nombreux acteurs jouent la carte de l’obsolescence programmée, c’est à dire d’une durée de vie toujours plus courte des produits, MICHELIN fait le choix de la longévité programmée de ses pneumatiques, tout en renforçant leur sécurité : voilà ce qu’est la performance durable.

Jean-Dominique Senard - Président du groupe MICHELIN

Retour