Retour

Michelin souhaite renforcer la compétitivité de son industrie et moderniser ses moyens de Recherche et Développement

Le projet prévoit :

 - En France :

  • Un investissement d’environ 800 millions d’euros en France de 2013 à 2019 dans les sites industriels et le centre de Recherche et Développement.
  • Le développement d’un pôle industriel de pneus poids lourd très compétitif à La Roche-sur-Yon, portant d’ici à 2019 la production de 800 000 à 1.6 million d’unités par an.
  • L’arrêt de l’atelier poids lourd de l’usine de Joué-lès-Tours.
  • L’augmentation de la capacité de production de pneus génie civil et agricole à Montceau Les Mines, Le Puy et Troyes.
  • La modernisation du centre mondial de recherche et d’innovation à Clermont-Ferrand.

- Sur le plan international, l’arrêt de la production de l’usine de pneus poids lourd en Algérie.

Le Groupe confirme sa volonté de maintenir un ancrage industriel fort et pérenne en France : Michelin va investir 800 millions d’euros de 2013 à 2019 pour permettre aux usines françaises d’atteindre les meilleurs standards de compétitivité en Europe et développer son centre de recherche mondial à Clermont-Ferrand. Poursuivant la politique engagée depuis 10 ans, Michelin continue à spécialiser ses sites en regroupant les activités industrielles de même nature pour développer des pôles industriels de référence, compétitifs et fortement exportateurs.

Développement d’un grand pôle industriel de pneu poids lourd à La Roche-sur-Yon

Le marché européen est devenu extrêmement concurrentiel et la demande de pneus poids lourd dans cette région du monde est inférieure de 25% à celle de 2007. Dans ce contexte, Michelin prévoit de sauvegarder la compétitivité de son activité de production de pneus poids lourd en France en transformant le site de La Roche-sur-Yon en un pôle industriel capable de produire 1,6 millions de pneus par an. Le regroupement des productions de Joué-lès-Tours et de La Roche permettrait au site de La Roche d’atteindre les meilleurs standards de compétitivité grâce à l’effet de taille. Un investissement de 100 millions d’euros en machines de production modernes et performantes permettrait de produire les pneus poids-lourd innovants que Michelin commercialisera dans les années à venir. Dotée d’un outil industriel moderne, l’usine de La Roche-sur-Yon deviendrait ainsi un pôle majeur de production de pneu poids lourd en Europe avec une production exportée à hauteur de 75%, créant ainsi 170 emplois sur ce site.

Le site de Joué-lès-Tours dont l’atelier de pneus poids lourd cesserait son activité d’ici le 1er semestre 2015, serait alors spécialisé dans les produits appelés « semi-finis » déjà fabriqués sur place, grâce à un investissement de 22 millions d’euros. 200 personnes environ resteraient travailler sur ce site à la fabrication de tissus métalliques (qui entrent dans la composition des pneus) et de membranes en caoutchouc utilisées dans les machines de cuisson des usines de Michelin.

Augmentation des capacités de pneus génie civil de 2 usines françaises

Par ailleurs, pour répondre à la croissance envisagée du marché mondial des pneus de génie civil, Michelin a pris la décision d’investir dans ses sites français : 145 millions d’euros seraient consacrés de 2013 à 2019 à des projets de modernisation et d’augmentation de capacité de ces pneus à Montceau-les-Mines et au Puy-en-Velay.

  • À Montceau, 95 millions d’euros seraient investis pour augmenter de 40% la production de ces pneus d’ici 2019, entraînant la création d’environ 160 nouveaux emplois.
  • Au Puy, ce sont 50 millions d’investissement qui permettraient l’augmentation d’un tiers de la production et la création d’environ 90 nouveaux emplois.

Investissement dans les produits semi-finis

Un investissement de 45 millions d’euros est prévu pour une augmentation de capacité de production de produits semi-finis à Montceau-Les-Mines et 64 nouveaux emplois seront créés.

Investissement dans la production de pneus agricoles

Un investissement de 8 millions d’euros est prévu d’ici 2019 pour moderniser l’outil industriel afin d’augmenter la production et la compétitivité de l’usine de Troyes.

Poursuite de l’amélioration de la compétitivité dans les sites France

Un investissement supplémentaire de 260 millions d’euros est prévu d’ici 2019 dans tous les sites France.

Modernisation majeure du centre de R&D de Michelin à Clermont-Ferrand

Enfin, le centre de Recherche et Développement de Michelin à Clermont-Ferrand va faire l’objet d’une profonde modernisation avec la construction et la transformation de bâtiments qui représentent un investissement de 220 millions d’euros entre 2013 et 2019. Le but de ce tout nouveau complexe phare de la R&D de Michelin est de maximiser notre puissance d’innovation et de raccourcir les délais de développement.

L’engagement social de Michelin face à ces évolutions

Michelin souhaite engager un dialogue social constructif sur le dispositif d’accompagnement des personnes. L’objectif et la volonté du Groupe sont que ces évolutions se déroulent sans aucun départ contraint.

Sur les 930 salariés que compte aujourd’hui le site de Joué-lès-Tours, environ 200 continueraient à travailler à Joué dans le nouveau site spécialisé dans les activités de semi-finis. Parmi les 730 autres, 250 pourraient bénéficier d’un aménagement de fin de carrières. Chacun des 480 salariés restants se verrait proposer 2 postes correspondants à ses compétences sur un autre site de Michelin en France. Pour ceux qui ne souhaiteraient pas ou ne seraient pas en mesure d’accepter ces mutations internes, des ateliers de transition professionnelle seraient mis en place : un dispositif d’accompagnement personnalisé vers un projet professionnel externe qui a fait ses preuves par le passé.

Par ailleurs, Michelin prend une responsabilité forte envers les bassins d’emploi dans lesquels il opère. L’entreprise s’engage à aider, par le biais de sa filiale Michelin Développement, à la création de 730 nouveaux emplois dans le bassin de Tours.
Enfin, pour assurer un renouvellement de son personnel industriel et la réalisation des projets évoqués, Michelin recruterait en France environ 1700 personnes dans l’industrie dans les 6 années à venir.

Arrêt de la production de pneus poids lourd en Algérie

Les activités de fabrication de pneus poids lourd et de vente de pneus Michelin en Algérie seront cédées à Cevital, premier groupe industriel privé du pays. Dans un premier temps, Cevital reprendra 67% du capital de Michelin en Algérie, puis cette participation sera augmentée à 100%. La production de pneus poids lourd de l’usine algérienne, qui souffre d’un déficit de compétitivité du fait de sa petite taille et dont la situation en ville ne permet pas de développement dans le futur, sera arrêtée fin 2013. La société Cevital, premier employeur privé du pays, leader sur ses marchés et en pleine expansion, s’est engagée à proposer à chacun des 600 salariés de l’usine un emploi dans l’une de ses activités dans le pays.

L’accord permettra de continuer à développer la commercialisation de pneumatiques aux marques Michelin à l’ensemble de ses clients, en maintenant les 80 personnes actives dans les équipes commerciales de Michelin au sein de Cevital. Michelin maintiendra donc dans ce pays une présence commerciale forte.

Impacts comptables

Le groupe Michelin provisionnera 135 millions d’euros de charges non récurrentes dans ses comptes à fin juin 2013 pour financer l’ensemble du projet.


Retour