Retour

Le think-and-do tank Open Lab Mobility publie son étude sur la mobilité "Speeding up to <2°C: Actionable clean mobility solutions"

Cette nouvelle étude présente des solutions à fort potentiel pour s’engager, à court terme, sur la trajectoire du scénario « Beyond 2°C » de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) pour le secteur du transport. La communauté d’intérêt « Beyond 2°C » de l’Open Lab Mobility rassemble près de vingt acteurs majeurs du secteur de la mobilité qui se sont engagés à contribuer à la lutte contre le changement climatique.

cp_movin-on-open-lab_1040x400

Le secteur du transport, un acteur clé pour atteindre l’objectif <2°C

Le secteur du transport est le troisième contributeur en termes d’émissions de CO2, il représente 24% des émissions mondiales liées à la combustion d’énergie (9,4 GtCO2e en 2014) et sa part devrait atteindre 26% en 2030 (11,4 GtCO2e) dans un scénario « business as usual ». L’atteinte du scenario « Beyond 2°C » requiert de limiter les émissions de CO2 à 7,9 GtCO2e en 2030.

L’Open Lab Mobility se saisit de l’opportunité de contribuer à l’initiative « Shaping the Future of Mobility » du Sommet 2018 du Forum Economique Mondial, et formule des recommandations concrètes à destination des décideurs politiques afin de mettre en oeuvre et de déployer à grande échelle des solutions innovantes pour une mobilité propre. Par rapport à un scénario « business as usual », le déploiement actif des solutions étudiées dans ce rapport pourrait permettre de réduire les émissions CO2 du secteur du transport en 2030 de 4,5% (0,52 GtCO2e) dans un scénario prudent et de 11,3% (1,29 GtCO2e) dans un scénario optimiste. Cela représente 15 à 37% de l’effort de réduction nécessaire pour le secteur du transport afin de s’aligner sur le scenario « Beyond 2°C » d’ici 2030.

Le potentiel des changements sociétaux et comportementaux pour atteindre une réduction des émissions de CO2 à court terme

Un certain nombre de solutions favorisent l'optimisation de l'infrastructure existante et de la flotte actuelle de véhicules. Elles contribuent à réduire la demande de mobilité ou à s’orienter vers des alternatives de transport sobres en carbone. De telles solutions pourraient être promues pour accélérer la transition et déclencher des réductions d'émissions à très court terme:

  • des programmes d’incitations financières en faveur des changements comportementaux et modaux dans le transport de passagers,
  • des technologies et des programmes de formation à l’éco-conduite,
  • des applications de covoiturage de courte de distance et la promotion de l'économie collaborative dans le transport de marchandises.

Sur la réduction de 3,5 GtCO2e nécessaire pour être en ligne avec le scénario «Beyond 2°C» d'ici 2030, 3,4% (0,12 GtCO2e) pourraient provenir du déploiement à grande échelle de ces solutions dans un scénario prudent et jusqu'à 14,1% (0,49 GtCO2e) dans un scénario optimiste.

Ces solutions reposent sur des technologies déjà disponibles sur le marché - en particulier les technologies numériques et l'utilisation de solutions de big data – mais elles nécessitent de nouvelles pratiques en matière de politique publique et le développement de nouveaux types de partenariats public-privé.

Le potentiel à moyen terme des carburants alternatifs

Les solutions les plus efficaces et impactantes à l'échelle mondiale reposent sur des technologies et des infrastructures qui nécessiteront des investissements importants à long terme. Parmi celles-ci, le rapport se concentre sur les solutions suivantes :

  • les biocarburants durables
  • les véhicules électriques à batterie
  • les véhicules au gaz naturel (GNV)
  • les véhicules électriques à pile à combustible à base d'hydrogène

Sur la réduction de 3,5 GtCO2e nécessaire pour être en ligne avec le scénario «Beyond 2°C» d'ici 2030, 11,3% (0,40 GtCO2e) pourraient provenir de la contribution de ces quatre solutions de carburants alternatifs dans un scénario prudent, et jusqu'à 22,8 % (0,80 GtCO2e) dans un scénario optimiste. Les flottes de transport collectif et de véhicules publics sont des terrains pertinents pour commencer à déployer ces solutions et ainsi démontrer leur rentabilité tout en permettant d’importantes réductions d'émissions de gaz à effet de serre dans les zones urbaines.

Cette étude montre que les gouvernements et le secteur privé peuvent obtenir des résultats significatifs en travaillant ensemble pour mettre en place un environnement favorable, fournir des incitations positives pour favoriser le changement de comportement et promouvoir le développement à grande échelle de solutions innovantes.

Alexis Gazzo, associé chez EY Climate Change & Sustainability Services, et animateur de la communauté «Beyond 2°C» de l'Open Lab Mobility

Retour