Retour

WRC 2017 - Les pneus MICHELIN répondent à toutes les conditions du Rallye Monte-Carlo

La première manche de la saison FIA WRC 2017 vient de s’achever sur la victoire de Sébastien Ogier et Julien Ingrassia, qui faisaient leurs débuts avec le team M-Sport. Se déroulant sur un parcours très varié, le Rallye Monte-Carlo a encore une fois tenu toutes ses promesses en termes de complexité.

cp_wrc-rmc-2017_1040x400

 

Pour l’ensemble des acteurs de la discipline, la concentration était de mise lors de cette épreuve, durant laquelle s’exprimaient pour la première fois les voitures introduites par la réglementation 2017. Plus puissantes et dotées d’une aérodynamique plus léchée que celle de la saison dernière, les nouvelles voitures ont assuré un spectacle de très haut niveau au cours de 17 chronomètres (plus de 380 kilomètres au total), tous plus difficiles les uns que les autres, où la topographie du tracé a conduit les concurrents à s’adapter à des situations évolutives, parfois au cours d’une même et seule épreuve spéciale !

Nous avons dû faire face à la panoplie complète des conditions que nous pouvons rencontrer ici. Le froid a été une constante mais la neige, fraîche ou fondue, l’asphalte bien sec ou humide, voire givré selon les heures de la journée, ont été de la partie. Le Rallye Monte-Carlo a alors tenu ses promesses, en offrant tous les ingrédients pour faire douter les concurrents au moment d’établir leur stratégie pneumatique. Bien entendu, chaque écurie pouvait compter sur sa propre expérience, mais plus que jamais nos Conseillers Techniques d’Ecurie ont été de précieux alliés pour nos partenaires, qui ont pu profiter de toute leur expertise au moment de choisir leurs pneus.

Jacques Morelli, le manager de Michelin en Championnat du Monde des Rallyes

Fait unique dans la saison, et compte tenu de la configuration de l’épreuve, au Rallye Monte-Carlo les concurrents avaient le choix entre quatre modèles de pneus, contre deux pour les autres manches, par exemple sur terre. Ainsi ils devaient avant chaque départ de boucle, puiser dans une dotation de MICHELIN Pilot Sport S5 (gomme tendre), MICHELIN Pilot Sport SS5 (gomme extra-tendre, pour les températures très basses et le givre), MICHELIN Pilot Alpin A4 (pour la neige) et MICHELIN Alpin A4 CL (cloutés, pour la glace). Un choix cornélien car il s’agissait, après avoir reçu les informations sur l’état de la route, d’établir le meilleur compromis en fonction du profil de chaque spéciale.

Pour les concurrents, c’est le Rallye Monte-Carlo le plus difficile depuis plus de 20 ans. Mais, paradoxalement, certaines étapes ont pour nous été simples à définir en termes de stratégie de pneus. Lorsque le sol est recouvert de glace du début à la fin d’une spéciale, on sait qu’on peut proposer jusqu’à 6 pneus MICHELIN Pilot Alpin A4 CL au team, les pilotes restant toutefois souverains dans leurs choix. Néanmoins, tout n’a pas été si facile à faire certains jours…

Michel, CTE de Michelin chez Citroën Racing

En plus des choix techniques, il convient également d’épouser la stratégie de course de l’écurie. En fonction des classements et des positions de départ des concurrents, nous pouvons être amenés à faire des choix différents. Il y a des moments où les pilotes 1veulent davantage attaquer que d’autres, où ils prennent plus de risques. C’est alors à nous de leur fournir la bonne gomme au bon moment, et d’évaluer les risques. Le nombre de roues de secours peut aussi varier.

Guillaume, CTE Michelin chez Hyundai Motorsport.

En effet, la réglementation prévoit que les équipages peuvent embarquer jusqu’à deux roues de secours. Tous ne le font pas pour des questions de poids, notamment lorsque la spéciale ne présente pas de risque élevé pour les pneumatiques. Mais certaines écuries ont fait le choix de prendre systématiquement deux roues de secours, quelles que soient les conditions.

L’important pour nous, c’était d’amener les deux voitures à l’arrivée, car c’était notre premier rallye. Alors, dès le départ nous avons systématiquement choisi des packs de six roues, le plus souvent en panachant les gommes, ce qui permet aussi aux équipages de changer deux roues lorsque les conditions évoluent. Pour cette première, nous avons également profité de l’expérience de Tommi Mäkinen, le directeur du team, qui a remporté le Rallye Monte-Carlo à quatre reprises. Le rallye, c’est réellement un sport d’équipe.

Hugues, CTE Michelin détaché au cœur du nouveau team Toyota Gazoo Racing WRC

Un sport d’équipe, mais aussi de lourdes responsabilités pour les CTE, qui se doivent d’apporter les meilleures recommandations à chaque moment de la course, et dans toutes les configurations.

C’est vrai que travailler avec le quadruple champion du monde c’est une pression supplémentaire. Et alors que nous étions à la poursuite de Thierry Neuville, leader jusqu’à samedi après-midi, nous avons tout tenté et étudié en profondeur chaque stratégie pour mener à bien notre mission. Cela a fini par payer, et terminer sur la première marche du podium est pour M-Sport une immense récompense.

CTE Michelin détaché au sein de l’équipe M-Sport

Le Rallye Monte-Carlo 2017 a été remporté par Sébastien Ogier et Julien Ingrassia (M-Sport/Ford Fiesta WRC), suivis de Jari-Matti Latvala et Miika Antilla (Toyota Gazoo Racing/Toyota Yaris WRC), et de Ott Tanak et Matin Jarveoja, sur l’autre Ford Fiesta WRC du team M-Sport. Toutes ces voitures sont équipées de pneus Michelin.

En WRC2, le manufacturier clermontois réalise le triplé grâce aux performances exprimées par les équipages Andreas Mikkelsen/Anders Jaeger Synnevaag, Jan Kopecki/Pavel Dresler, sur Skoda Fabia R5, et Bryan Bouffier/Denis Giraudet, sur Ford Fiesta R5.
La prochaine manche du Championnat du Monde des Rallyes – FIA WRC aura lieu du 9 au 12 février en Suède.


Retour