Retour

WRC 2016 - Argentine - Pneus MICHELIN LTX Force H4 et S4 : la force tranquille

Le Rallye d’Argentine 2016 vient de s’achever sur la victoire d’Hayden Paddon et John Kennard, à bord de leur Hyundai i20 WRC (une première pour un pilote néo-zélandais en Championnat du Monde de Rallyes), au terme d’une bagarre intense avec la Volkswagen Polo R WRC de Sébastien Ogier et Julien Ingrassia. Un match serré, avec un écart de seulement 2,6 secondes au départ de la dernière épreuve spéciale, qui ne s’est décidé qu’après un duel époustouflant. Les pneus MICHELIN LTX Force S4 (gomme tendre) et H4 (gomme dure) ont contribué au spectacle, grâce à leurs qualités de performance et de robustesse.

WRC 2016 - Argentina

Les pistes de l’édition 2016 du YPF Rally Argentina étaient particulièrement cassantes. Pendant les dix jours qui ont précédé le rallye, des importantes pluies se sont abattues sur le pays. Le sol, imbibé d’eau, a alors laissé apparaître des pierres saillantes, dont certaines se trouvaient en pleine trajectoire. En outre, plusieurs épreuves spéciales étant parcourues deux fois au cours de la même journée, le premier passage des concurrents a formé des ornières, dont il pouvait devenir dangereux ou hasardeux de s’extraire.

« Les pneus MICHELIN LTX Force ont été développés pour répondre à toutes les configurations, même les plus extrêmes, indique Jacques Morelli, responsable de Michelin en Championnat du Monde des Rallyes. Mais il est vrai que les premiers passages en spéciale ont considérablement détérioré la surface du sol, rendant les boucles de l’après-midi plus cassantes. C’est certainement l’un des Rallyes d’Argentine les plus difficiles que nous ayons connu. Mais si les pneus dédiés au WRC ont parfaitement rempli leur rôle, cette édition 2016 a également été l’occasion de démontrer les qualités de nos nouveaux pneus MICHELIN  LTX Force S81 et H91 en WRC2. Lancés en mars au Rallye du Mexique, où nous avons d’emblée obtenu de bons résultats en remportant la victoire, ils ont bravé avec brio une surface totalement labourée par les précédents passages des WRC. »

Après une première journée où l’utilisation de gommes tendres S4 était la plus indiquée, les pilotes ont dû ensuite panacher avec des pneumatiques H4 (gomme dure) afin de pallier l’agressivité du sol et parer aux imprévus, y compris météorologiques : présence de boue par endroit, variations de température.

Les parties les plus cassantes se trouvant dans les spéciales les plus longues, comme par exemple Los Gigantes (ES11 et ES14), qui proposait aux concurrents près de 39 kilomètres de parcours très accidenté, la stratégie des pneumatiques et la constance des performances au fil de l’usure ont fait la différence.

Le dimanche matin, la température extérieure a joué un rôle clé sur le choix des pneus par les pilotes, puisque les deux épreuves chronométrées de la journée (El Condor, ES16 et ES18) grimpaient jusqu’à plus de 2 200 mètres d’altitude. Alors que le mercure atteignait 24°C au parc d’assistance le samedi en fin de journée, il était proche de zéro le dimanche matin dans les montagnes, où un épais brouillard s’était en outre invité dans la partie.

Que le sol soit sec ou humide, doux ou agressif, chaud ou froid, les pneumatiques Michelin ont encore une fois répondu à toutes les conditions de piste au cours d’un rallye « terre » très exigeant.

La prochaine manche du Championnat du Monde des Rallyes aura lieu  du 19 au 22 mai 2016 au Portugal.


Retour