Retour

MICHELIN aux 6 Heures de Sao Paulo 2013

Pour le sport, pour l’innovation, pour l’environnement

Pour la deuxième fois en Championnat du Monde d’Endurance FIA, MICHELIN est présent aux 6 Heures de Sao Paulo. Cette épreuve se disputera le 31 août et le 1er septembre sur l'Autodromo José Carlos Pace à Interlagos (SP).

Le rendez-vous brésilien est très important pour le Groupe Michelin, car c’est par le biais de la compétition automobile que la marque renforce son engagement à offrir plus de sécurité, plus de longévité et plus d'efficacité énergétique dans chaque pneu qu’il conçoit. L’entreprise est fidèle à sa stratégie «MICHELIN Total Performance», qui est à la base de la conception de ses produits, et qui consiste à faire progresser de concert toutes les propriétés du pneumatique, même quand elles s’opposent par leur nature.

Lors des 6 Heures de Sao Paulo 2013, MICHELIN met à disposition de ses équipes partenaires 2 000 pneus, pour les quatre catégories de voitures. Ils sont dotés des technologies les plus avancées, qui une fois validées dans les conditions les plus exigeantes sur le circuit, sont transférées aux pneumatiques MICHELIN de série.

Grâce à plus de 600 millions d’euros consacrés par le Groupe en 2012 à la Recherche et au Développement, les pneus MICHELIN progressent en longévité, tout en améliorant leur adhérence et leur efficience dans le même temps. Un exemple : au cours des cinq dernières saisons, MICHELIN a réduit le nombre de pneus transportés aux 24 Heures du Mans de plus de 9 000 à environ 6 000 unités. Lors de la classique mancelle, en catégorie LM P1, les pneus MICHELIN parvient à endurer cinq relais, soit plus de 700 kilomètres parcourus à 220 Km/h de vitesse moyenne. En catégorie GTE Pro, l’intégralité des équipes partenaires de MICHELIN peut utiliser aujourd’hui le même train de pneus sur trois relais, sans dégradation de la performance chronométrique et en toute sécurité pour le pilote.

Cette économie de pneumatiques est un véritable progrès pour l’environnement, pour plusieurs raisons. D’abord parce que la réduction du nombre de pneus à fabriquer génère une économie de matières et d’énergies ; ensuite, transporter moins de pneus signifie abaisser les émissions de CO2 dues à l’acheminement des enveloppes sur le lieu de la course ; enfin, si l’on réduit la quantité de pneus usagés, on produit également une économie en termes de masse de pneus à recycler.

En effet, à la fin de la course, la totalité des pneus usagés est traitée et employée dans la production d’énergie ou d'autres activités respectueuses de l'environnement, telle que la fabrication d’asphalte caoutchouté. Rappelons enfin que le Groupe MICHELIN est engagé dans le progrès de la mobilité depuis sa fondation et a créé dès 1998 le premier évènement mondial consacré aux nouvelles technologies pour la mobilité, le CHALLENGE BIBENDUM.


Retour