Retour

MICHELIN Total Performance au Dakar 2015

CP Dakar 2015

Sur le tracé du Dakar 2015, en Argentine, au Chili et en Bolivie, les pneus MICHELIN ont accompagné l’ensemble de leurs partenaires vers le succès, en leur apportant un niveau de sécurité, de performance, de polyvalence et de robustesse à la hauteur de l’enjeu. Et pourtant au Dakar rien n’est escompté, la preuve : seulement 216 véhicules sur 420 ont terminé la course. 9 000 kilomètres de fortes sollicitations, de motricité précaire, de hautes vitesses, de chaleur intense… des conditions dantesques que les pneus Michelin ont dompté une fois de plus cette année. Si en catégorie « voitures » le pneu MICHELIN Latitude C était déjà un habitué des chemins d’Amérique du Sud, le nouveau pneu MICHELIN D15, pour les Peugeot 2008 DKR, a pleinement réussi sa première « sortie ». En moto, la gamme de pneus MICHELIN Desert Race, « gonflée » au MICHELIN Bibmousse, s’est affirmée à nouveau comme la référence de l’enduro extrême. Ces pneus sont régulièrement en vente chez les distributeurs de pneus MICHELIN, aussi bien que les pneus MICHELIN XZL+, qui ont accompagné Kamaz vers le triplé en catégorie « camion ».

 

Catégorie auto – Le pneu MICHELIN Latitude C fait triplé et le pneu MICHELIN D15 fait preuve de ses qualités

Partenaire des équipes engageant au Dakar 2015 des Mini All4 Racing et des Toyota Hilux, les pneumatiques MICHELIN Latitude C s’offrent une nouvelle fois cette année la victoire et le triplé. C’est en effet l’équipage composé par Nasser Al-Attiyah et Matthieu Baumel (Qatar Rally Team - Mini) qui s’impose avec 35 minutes d’avance sur le duo de Villiers / Von Zitzewitz (Toyota Imperial Team South Africa). Le duo franco-qatari a su s’installer en tête de la course dès les premières spéciales, pour maitriser ensuite un parcours très. Un succès obtenu en capitalisant sur les qualités et sur l’expérience en rally-raid du pilote Qatari,  avec la complicité d’une Mini très performante et fiable ainsi que des pneus MICHELIN Latitude C, à la fois efficaces et robustes. Pour Nasser Al-Attiyah, il s’agit de la deuxième victoire au Dakar après celle de 2011, remporté au volant d’un buggy Volkswagen équipé de pneus BFGoodrich. Krzysztof Holowczyc (Monster Energy Rally Raid Team) complète le podium devant le néerlandais Erik van Loon (XDakar - Mini) et Vladimir Vasilyev (G-Energy Team – Mini), qui place une quatrième Mini All4 Racing dans le top cinq.

Une confirmation de plus donc pour l’armada de Sven Quandt, qui était cette année confrontée à un nouvel adversaire, Peugeot Sport, de retour au Dakar après 15 ans d’absence. Pour accompagner les buggies Peugeot 2008 DKR du Team Peugeot Total, Michelin avait même développé un pneumatique spécifique de grande dimension (37/12.5-17), le MICHELIN D15. Si la première des Peugeot 2008 DKR, celle de Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret, ne termine qu’au 11ème rang, cette épreuve aura été précieuse aussi bien pour la firme au Lion que pour Michelin. En effet, grâce à la bonne fiabilité des voitures, les ingénieurs de l’équipe et les développeurs de Michelin Motorsport ont récolté une multitude d’informations utiles à la préparation de la prochaine édition du Dakar.

La capacité d’accompagner des partenaires aux exigences très différentes avec des solutions techniques adaptées est l’une des forces de Michelin Motorsport. Avec ses exigences extrêmes, le Dakar demeure une expérience technique précieuse que Michelin utilise pour développer des pneus encore plus performants, polyvalents et robustes.

Catégorie moto – le pneu MICHELIN Desert Race et MICHELIN Bibmousse : une domination sans appel

C’est le pilote espagnol Marc Coma, sur une KTM 450 Replica du Red Bull KTM Factory Team, qui met cette année à l’honneur les pneus MICHELIN Desert Race et les MICHELIN Bibmousse en remportant sa 5ème victoire au Dakar. Privé de son principal adversaire Cyril Despres, reconverti à la voiture avec Peugeot Sport, Marc Coma fait valoir son expérience et ses capacités en s’imposant sur le Portugais Paulo Gonçalves (Honda CRF 450 Rally – Team HRC). Et pourtant, en début de course l’espagnol est resté presque en retrait, dans l’attente d’une faute de la part de Joan Barreda, un autre pilote officiel Honda HRC, qui avait pris la tête de la course et était même en train de s’échapper. La stratégie a été payante et Coma prend le contrôle de la course lors de la huitième spéciale, quand la Honda de Barreda ne survit pas à la traversée du Salar d’Uyuni et termine la spéciale tracté par son coéquipier Jeremias Israel Esquerre.

Malgré la forte pression que Gonçalves met sur Coma jusqu’à la fin de la course, pour essayer d’en reprendre la tête, le pilote KTM parvient à imposer son rythme et coupe la ligne d’arrivée avec près de 17 minutes d’avance sur le pilote officiel Honda. Le podium est complété par l’Australien Toby Price, sur KTM 450 Replica, elle aussi équipée de pneus Michelin.

Roulantes sur des surfaces extrêmes et variées ainsi que mises à l’épreuve par la bataille de Coma avec Barreda et Gonçalves, les solutions Michelin ont montré une fois de plus une domination sans appel ! (… voir le classement final de l’épreuve).

Catégorie camions – le pneu MICHELIN XZL+ : Tzar au Dakar

Les pneus MICHELIN XZL+ parlent désormais couramment le russe. Partenaire de la firme française depuis des décennies, KAMAZ Master Team place trois équipages sur le podium du Dakar 2015. D’abord le trio Mardeev/Belyaev/Svistunov (Kamaz 4326 n°507) à sa première victoire, ensuite Nicolaev/Yakovlev/Akhmadeev (Kamaz 4326 n°502), enfin les vainqueurs de l’édition 2014 : Karginov/Mokeev/Leonov (Kamaz 4326 n°500). Un succès sans précédent pour les « monstres » de Tatarstan, accompagnés par des pneus Michelin à toutes épreuves.

Lancés sur les pistes sud-américaines, les camions Kamaz soumettent les MICHELIN XZL+ à des tests extrêmes, aux limites des conditions d’utilisations pour lesquelles ils ont été conçus. En encaissant sans faille de telles sollicitations, les pneus Michelin prouvent à tous leurs utilisateurs la robustesse de leur carcasse ainsi que la résistance de leur sculpture. Ce sont bien ces qualités qui permettent au MICHELIN XZL+ de travailler à basse pression, assurant la traction indispensable pour se sortir du sable et de toutes situations de sol meuble. Un atout indispensable au Dakar, aussi bien que dans les chantiers du monde entier.


Retour