Retour

FIA WEC – Une Super Saison et un nouveau terrain de jeu pour Michelin

Toujours plus innovant, le Championnat du Monde d’endurance FIA-WEC se déroule cette saison à cheval sur deux années, 2018 et 2019, avec au programme huit courses, dont deux éditions des 24 Heures du Mans auto. Avec un réel impact sur l’élaboration des pneus…

actu_wec-2018_1040x400

 

Un championnat d’endurance auto sur deux ans… voici ce que propose la FIA avec cette Super Saison de WEC 2018-2019. Ce qui implique qu’il faut offrir des pneus dont la technologie et les performances seront encore d’actualité dans plus d’un an, alors que les voitures auront inévitablement haussé leur niveau de jeu. C’est, pour MICHELIN, un challenge d’envergure, que nous abordons avec confiance, mais aussi beaucoup d’humilité. Car, si nous avons toujours investi dans la technologie en compétition et que notre engagement à long terme en Endurance (au moins jusqu’en 2021 en FIA-WEC, mais aussi en Asian Le Mans Series et en IMSA à partir de 2019) démontre notre savoir-faire, nous savons que rien n’est jamais acquis.

Pascal Couasnon, directeur de MICHELIN MOTORSPORT

Certains des pneus proposés au cours de cette Super Saison 2018-2019 sont totalement nouveaux, notamment en Le Mans Prototype 2 (LMP2). Apporter la bonne enveloppe au bon moment représente un défi supplémentaire pour les Conseillers Techniques d’Ecurie. Car, si, en WEC la performance est importante, son maintien au fil de l’usure l’est tout autant.

Catégorie Le Mans Prototype 1 (LM P1) : une adaptation selon le type de motorisation

actu_wec-2018_lmp1_1040x400

La catégorie reine, LM P1, des prototypes à cockpit fermé, évolue pour cette Super Saison, avec l’arrivée de nouvelles équipes et d’un plateau fourni de voitures non-hybrides. Les prototypes LM P1, qu’ils soient hybrides ou non-hybrides, chaussent des pneus de dimension 31/71R18 à l’avant comme à l’arrière. Au moins deux semaines avant chaque épreuve, les écuries sont appelées à choisir deux des trois spécifications proposées - Soft, Medium, Hard - et doivent adapter leur stratégie en fonction des conditions météorologiques. En revanche, aux 24 Heures du Mans, MICHELIN met à disposition l’intégralité de son offre : outre les pneus slicks, les écuries partenaires ont à leur disposition les pneus MICHELIN Hybride (pneu slick intermédiaire) pour piste humide ou séchante, ainsi que les pneus WET et FULL WET en cas de pluie battante.

Des différences entre les pneus LM P1 hybride et non-hybride

Dans la catégorie LM P1 Hybride, les voitures sont des quatre roues motrices, alors qu’elles sont uniquement à propulsion dans la catégorie LM P1 non-hybride. De ce fait, le travail des ingénieurs de MICHELIN Motorsport s’est concentré sur les pneus du train avant, qui ne subissent pas les mêmes contraintes. La catégorie LM P1 Hybride utilise quant à elle des pneus très similaires à ceux de la saison précédente, les résultats des courses et des tests menés à l’intersaison ayant donné entière satisfaction.

Catégorie Le Mans Prototype 2 (LMP2) : tout est nouveau !

actu_wec-2018_lmp2_1040x400

Alors que MICHELIN était absent de cette catégorie en 2017, il équipe cette fois plusieurs écuries avec des pneus totalement nouveaux. Les ingénieurs de MICHELIN Motorsport ont utilisé les données relevées notamment dans le championnat European Le Mans Series (ELMS), et les bons résultats obtenus en fin de saison par les équipes partenaires ont constitué une excellente base de travail. Ainsi, nos ingénieurs ont pu faire progresser plusieurs des critères qui composent les performances d’un pneu de compétition. Comme dans les autres catégories, la gamme se décline autour de trois gommes, Soft, Medium et Hard, avec deux pneus pluie, comme l’indique le règlement pour cette catégorie (alors que le nombre de gommes pluie n’est pas limité en LM P1). Le premier est un pneu pluie intermédiaire, avec une bande de roulement légèrement entaillée et dont la fenêtre d’utilisation est la même que celle du pneu hybride de la catégorie LM P1, bien que ce dernier soit totalement slick. Le second est plus conventionnel, il répond aux critères d’une enveloppe pour des conditions difficiles. Toutes les voitures ont les mêmes pneus pour toute la saison, leurs dimensions sont les suivantes : 30/68-18 pour l’avant, et 31/71-18 à l’arrière. Comme pour les saisons précédentes, le règlement impose en LM P2 l’utilisation de pneus « non-confidentiels », c’est-à-dire non protégés par le secret industriel.

Catégories Le Mans Grand Touring Endurance car (LMGTE) : un pneu différent pour chaque voiture !

Dans cette catégorie, chaque voiture dispose d’un pneu adapté à sa propre morphologie. Il a fallu pour cela réaliser de nombreux tests, d’autant plus que de nouvelles équipes, telles que BMW Team MTEK et Aston Martin Racing, ont rejoint cette année Ferrari, Ford et Porsche, en apportant des voitures complètement nouvelles. En raison de l’envergure du challenge et du nombre de constructeurs engagés, les équipes de MICHELIN Motorsport œuvré tout l’hiver. Grâce à la relation privilégiée que MICHELIN entretient avec ses partenaires, sur piste comme sur route, ce travail a pu être mené en toute sérénité. Alors que la saison marathon est déjà entamée, la nouvelle gamme MICHELIN Endurance apparait plus performante, quelles que soient la température ou la sévérité de la piste.

Dans la catégorie LM GTE AM, MICHELIN Motorsport apporte aussi de la nouveauté.

Alors que les voitures utilisaient les pneus employés la saison précédente par les LM GTE Pro, les deux séries disposent cette fois des mêmes enveloppes. Cette équité technologique découle du fait que les voitures sont maintenant homologuées pour plusieurs années, et qu’elles sont relativement proches techniquement. Encore une fois, le principe des trois gommes, Soft, Medium et Hard, est reconduit. Mais la dotation de pneus utilisables en course n’est pas la même selon les catégories.

3 questions à

Jérôme Mondain, manager de Michelin en FIA WEC

Qu’est-ce que change la Super Saison pour Michelin ?

Notre calendrier de travail reste le même, nous travaillons en permanence autour de nos pneus et de nos procédures. Le processus de préparation avant le début de la saison reste lui aussi identique. En revanche, le fait d’avoir deux fois les 24 Heures du Mans dans la même saison génère des attentes très fortes et nous amène à travailler davantage pour être prêts. Il faut avoir la bonne gamme de pneus pour faire deux fois le Mans, dont un qui aura lieu dans plus d’un an. C’est un vrai challenge.

Est-ce que les pneus seront les mêmes pour l’ensemble de la super saison, qui s’étale sur deux années ?

Absolument. D’ailleurs, hormis pour la catégorie LM P1 Hybride, le règlement interdit toute évolution technique des pneus. Il n’y a pas de joker prévu. Si un manufacturier venait à souffrir d’un manque de performance, il pourrait faire une demande d’évolution auprès de la FIA. Mais pour qu’une telle demande soit acceptée, il faudrait qu’il y ait concurrence entre manufacturiers. Hors, en catégories LM P1 Hybride et non-hybride, tout comme en LM GTE Pro et Am les engagés ont tous porté leur choix sur MICHELIN.

Est-ce que le changement de règlement, qui permet désormais de remplacer les roues en même temps que l’on fait le plein de carburant, peut avoir un impact sur la stratégie pneu ?

Nous mettons au service de nos partenaires des pneus qui leur permettent de doubler voire tripler les relais. Le nouveau règlement aura inévitablement des conséquences pour MICHELIN, il va inciter les équipes à changer de pneus plus souvent qu’ils ne le faisaient les années précédentes, notamment aux 24H du Mans, donc à en utiliser plus. Il y aura donc également un impact sur la stratégie de course.

MICHELIN aux 24h du Mans

27ème victoire (21ème consécutive)

cp_wec_24h-mans-2018_1040x400

 

Les 16 et 17 juin 2018 avait lieu la 86e édition des 24 Heures du Mans Auto sur le mythique circuit de la Sarthe. Cette année encore les véhicules chaussant des pneus MICHELIN se sont particulièrement illustrés puisque dans la catégorie reine LM P1, c’est la Toyota TS050 Hybrid N°8 pilotée par Fernando Alonso et ses équipiers Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima qui a emporté l’épreuve. En LM GTE Pro et Am, Porsche a dominé avec la N°92 (Christensen/Vanthoor/Estre) et la N°77 (Campbell/Ried/Andlauer). Prochain rendez-vous en Grande-Bretagne le 19 août 2018 pour les 6 Heures de Silverstone. Retour au Mans, les 15 et 16 juin 2019 pour la dernière épreuve de cette Super Saison d’endurance 2018-2019.

Calendrier

Saison WEC 2018/2019

6-7 avril 2018 : Prologue – Paul Ricard
5 mai 2018 : 6 Heures de Spa-Francorchamps – Belgique
16-17 juin 2018 : 24 Heures du Mans – France
19 août 2018 : 6 Heures de Silverstone – Grande-Bretagne
14 octobre 2018 : 6 Heures de Fuji – Japon
18 novembre 2018 : 6 Heures de Shanghai – Chine
17 mars 2019 : 1500 miles de Sebring – Etats-Unis
4 mai 2019 : 6 Heures de Spa-Francorchamps – Belgique
15-16 juin 2019 : 24 Heures du Mans – France