Michelin : un dialogue constructif avec ses parties prenantes

Le développement des activités de Michelin est étroitement lié à la qualité de ses interactions avec toutes les parties prenantes. Cette interaction sous-tend ses relations commerciales mais aussi sa stratégie et ses ambitions PRM. Tout en renforçant la performance du Groupe, ce dialogue permet de dessiner ensemble le contour d’une mobilité durable et performante.

L’approche de Michelin dans ses relations avec les parties prenantes

0042_400x267

Les différentes entités de Michelin sont incitées à identifier les parties prenantes clés et à se rapprocher d’elles aux niveaux national et opérationnel. Pour ce faire, elles bénéficient de conseils et d’outils qui leur sont fournis par le Groupe, et en particulier de « Lignes guides sur les relations avec les parties prenantes », qui les aide à interagir avec leurs parties prenantes en tenant compte de leurs connaissances, expertises, légitimité et motivation à échanger avec Michelin.

Cette approche est coordonnée au niveau monde par le département Performance et Responsabilité Michelin (PRM) et mise en œuvre par une série de rencontres régulières avec les parties prenantes. Ce dispositif complet permet de recueillir avis et suggestions pour étoffer la stratégie et les activités PRM du Groupe.

Au niveau des sites, les relations avec les parties prenantes relèvent de la responsabilité du directeur local. Une adresse email est à la disposition de chacun pour poser des questions ou aborder des sujets relatifs à la performance PRM directement avec les experts PRM (performance-responsabilite@fr.michelin.com).

Des tables rondes à travers le monde

Dans les zones géographiques, le dialogue avec les parties prenantes a été engagé ces dernières années au sein de plusieurs pays. La dernière réunion a eu lieu au Royaume-Uni le 7 juillet 2017 à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau bâtiment logistique et de la modernisation de l’atelier de rechapage à Stoke-on-Trent. Le management de l’usine et du pays a rencontré l’après-midi une quinzaine d’acteurs locaux autour de deux thèmes : 1. « Comment Michelin peut contribuer à améliorer les compétences des jeunes et l’employabilité des personnes dans la région ? » et 2. « Comment les actions de Michelin en faveur de la communauté locale pourraient être le plus profitable avec des moyens limités ? »

Des acteurs du monde économique, politique, culturel, éducatif et associatif ont discuté à bâtons rompus et émis de nombreuses idées. Le directeur du pays, John Young, a insisté sur la volonté de Michelin de poursuivre de ce dialogue.

Nous voulons comprendre les besoins de la communauté locale et installer un véritable partenariat avec elle.

John Young

Auparavant, les Etats-Unis (2014) et le Canada (2015) avaient organisé de telles rencontres réunissant à chaque fois une vingtaine de parties prenantes : institutionnels, ONG, clients, fournisseurs, experts, investisseurs, acteurs du monde du transport…

Ces réunions avaient été l’occasion d’approfondir le rôle de Michelin dans la mobilité durable selon les attentes exprimées par les représentants de la société. Elles ont également permis d’aborder d’autres questions comme le rôle de Michelin dans le système éducatif local ou dans l’attractivité économique d’un territoire.

A chaque édition, un rapport recensant les suggestions des parties prenantes est rédigé, diffusé et présenté aux directions concernées en interne afin qu’elles puissent enrichir la stratégie et les choix de Michelin. Ces suggestions sont aussi intégrées à l’analyse de matérialité du Groupe.

2016 : une nouvelle étape décisive

2016 a été le théâtre d’une nouvelle étape du dialogue de Michelin avec ses parties prenantes : la création d’un comité permanent de parties prenantes au plus haut niveau de l’entreprise. Une dizaine de personnalités ont rencontré pour la première fois cette année le Comité exécutif de Michelin y compris M. Senard. Ces dix parties prenantes qui représentent tous les domaines du développement durable – social, sociétal, environnemental – ont challengé les ambitions PRM (Performance et responsabilité Michelin) et ses grands axes stratégiques. La première réunion a eu lieu le 29 novembre 2016.

Le saviez-vous ?

Michelin engage un dialogue permanent avec ses parties prenantes

Lundi 28 et mardi 29 novembre s’est tenue à Clermont-Ferrand la première réunion du Comité corporate des parties prenantes de Michelin, en présence des membres du Comité Exécutif du Groupe et de M. Senard, Président. 

Le but de cette nouvelle instance, constituée de treize personnalités externes issues de divers horizons, est de faire entendre la voix des parties prenantes de l’Entreprise au plus haut niveau de l’entreprise sur nos grands axes stratégiques. Ceci afin de mieux appréhender le rôle que la société attend d’un manufacturier de pneumatique responsable dans le domaine de la mobilité. Les membres du Comité représentent les parties prenantes directes de l’entreprise – clients, fournisseur, syndicat, investisseur – ainsi que des organisations internationales, 2 ONG, 1 universitaire, 1 start up et 1 association professionnelle. Les personnalités présentes sont également issues de plusieurs continents : Amérique, Europe, Asie.

Ces deux jours ont marqué le début d’un dialogue constructif direct entre les membres du Comité Exécutif de Michelin et ces acteurs externes, dialogue amené à se renouveler tous les ans. Il a été l’occasion pour les parties prenantes de mieux connaître la stratégie du Groupe concernant la mobilité durable, le développement durable, la technologie, le pouvoir d’influence de Michelin et son rôle d’employeur responsable. Les parties prenantes ont exprimé tour à tour leur point de vue et leurs priorités, challengeant le Groupe sur de nombreux sujets. Ces discussions très riches ont interpellé les dirigeants du Groupe, qui ont donné rendez-vous à tous en 2017.

 

michelin_parties-prenantes-2016_850x490

 

Les membres externes du Comité de parties prenantes de Michelin :

  • M. Antoine Bernard : Directeur Général de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH)
  • M. Thierry Bogaty : Directeur général du département d’expertise extra-financière d’Amundi
  • M. Pascal Canfin : Directeur Général du WWF France
  • Mme Mary Crass : Responsable de la politique et du sommet annuel du Forum du Transport International (ITF, OCDE)
  • M. Nicolas Estupinan : Coordinateur du département Transport à la Banque de développement d’Amérique Latine (CAF)
  • Mme Lila Karbassi : Directrice de l’Environnement pour le Pacte Mondial de l’ONU
  • M. Antonin Leonard : Cofondateur du think tank OuiShare 
  • Dr. August Markl : Président de la German Automobile Association Club (ADAC)
  • Mme Ursula Mathar : Vice-Présidente Sustainability and Environmental Protection de BMW 
  • M. Kemal Ozkan : Secretaire general adjoint de IndustriAll, remplacé exceptionnellement en 2016 par Mme Anne-Marie Mureau, Conseiller Senior de IndustriALL
  • Dr. Ajit Ranade : Senior President and Chief Economist, Aditya Birla Group
  • Mme Manoella Wilbaut : Présidente de Sustainability and Global Commercial Developments de DHL Customer Solutions & Innovation
  • M. Jian Zhuo : Vice Directeur du Department d’Urbanisme, Université de Tongji (Shanghaï)

Chiffres clés

Engagements

+