La France et Michelin à l’initiative d’une alliance mondiale

Initiée sur le Pavillon de la France à la COP 23 en novembre 2017, la TDA a été annoncée comme l’un des engagements du One Planet Summit de décembre 2017 à Paris, et officiellement lancée lors de l’ITF 2018 de Leipzig : coalition unique des « 3 Cs » (Countries, Cities/Regions and Companies) acteurs précurseurs d’une transformation systémique de la mobilité vers un secteur « zéro émissions nette » ZEN d’ici 2050, en avance de phase sur l’Accord de Paris. Le TDA compte 6 pays, 7 villes/régions et 8 entreprises membres engagés et actifs.

 

L’Etat de Californie a signé son engagement lors du GCAS (Global Climate Action Summit) qui s’est déroulé en septembre 2018 à San Francisco, avec une présence du Groupe au niveau de Movin’On.

TDA Member Countries

TDA Member Cities

Drapeau de la Californie
Drapeau de la ville de Gaia
Logo de Lisbone

TDA Member Companies

Logo_michelin_fr

Une alliance orientée vers l’action

La TDA est à la fois un forum d’échanges interne entre membres et une vitrine de collaboration entre pays/villes et industrie, capable de montrer la voie vers la décarbonation des transports.

 

Elle s’est dotée d’un document fondateur (« TDA Manifesto on how to reach net zero emission mobility through uniting Countires, Cities/Regions and Comapnies »), sorte de vision commune articulée autour de 4 priorités stratégiques dans lesquelles les 3 Cs ont chacun un rôle à jouer. Ce TDA Manifesto a été officiellement présenté lors de la COP 24 à Katowize en décembre 2018.

 

L’un des défis auxquels entend donc répondre l’alliance TDA est de travailler concrètement, au sein de « communautés d’intérêts » qui se constituent en son sein sur le modèle de celles du Movin’OnLab, avec une implication active de Michelin à favoriser la co-innovation entres les acteurs publics à la fois nationaux, locaux et le business, afin d’aboutir tant à solutions concrètes en matière de décarbonation.

 

Le second grand enjeu du TDA est de se constituer en force d’entraînement en portant, dans les enceintes internationales, le message qu’une mutation du transport est possible, bénéfique pour le climat mais aussi pour le mieux vivre et l’économie, à condition d’être menée de manière conjointe entre les 3 Cs.

Recevez nos informations par email