Réduire l’empreinte carbone de la production de Michelin de 50% en 2050

Pour s’inscrire dans la trajectoire d’une limitation de 2° Celsius du réchauffement climatique, les émissions de carbone doivent être réduites de plus de 50 % en 2050 par rapport à 2010.

 

Pour ce faire, le Groupe entend, d’une part, mettre en œuvre toutes les solutions techniques susceptibles d’améliorer l’efficacité énergétique de la production de pneumatiques et, d’autre part, recourir massivement aux énergies renouvelables. Le premier levier pourrait constituer environ 2/3 de l’objectif à atteindre, tandis que le 1/3 restant reposerait sur la capacité des marchés de l’énergie à offrir un mix énergétique fortement décarboné. La faisabilité des investissements nécessaires sera également tributaire des incitations économiques que les pouvoirs publics décideront de mettre en place à travers le monde.

Investir dans des crédits Carbone socialement responsables

Depuis 2014, Michelin investit dans le Fonds Carbone Livelihoods qui soutient des projets de reforestation, d’agroforesterie et de fours à bas carbone en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

 

Les activités du fonds, menées en collaboration avec des ONG locales, contribuent à réduire les gaz à effet de serre et génèrent pour les investisseurs, des crédits carbone à haute valeur sociale et environnementale. À ce jour, Michelin a investi 3,4 millions €, sur un engagement total de 10 millions € dans Livelihoods, dont 50 % dans le fonds initial et 50 % dans le nouveau fonds Livelihoods.

 

Avec les crédits carbone dont il dispose, Michelin a  notamment neutralisé en 2017 l’empreinte carbone de Movin’On, son grand rassemblement autour de la mobilité durable tenu à Montréal en juin, dont les émissions avaient été calculées par une tierce partie à 2 182 tonnes de CO2.

Recevez nos informations par email