La deuxième manche du championnat du Monde d’Endurance FIA-WEC, qui est également la 60ème course depuis la création de la série, en 2012, a tenu toutes ses promesses avec une météo évolutive, qui a obligé les écuries à adapter leur stratégie pneumatique.

Et c’est l’écurie Toyota Gazoo Racing, qui a triomphé sur ses terres avec la Toyota TS050 Hybrid numéro 8, aux mains de Kazuki Nakajima, Sébastien Buemi et Brendon Hartley. Ils devancent leurs coéquipiers, sur la voiture soeur numéro 7, quant à elle pilotée par Kamui Kobayashi, Mike Conway et José María López. La troisième marche du podium est occupée par la Rebellion Racing Numéro 1 aux mains de Gustavo Menezes, Bruno Senna et Norman Nato. Ces trois voitures sont équipées de pneumatiques Michelin.

Après un doublé en qualifications à la faveur de la voiture numéro 8, les deux Toyota TS050 Hybrid se sont installées en tête de la course. Mais, après 2 heures et 20 minutes, la pluie s’est invitée à la fête. Cela n’a pas généré de modification de classement dans la catégorie LM P1. En LM P2, l’ORECA n°29 du Racing Team Nederland a su mettre en oeuvre une stratégie des pneus lui permettant de passer de la troisième place à la tête de sa catégorie, pour couper ensuite la ligne d’arrivée en vainqueur. L’équipe offre ainsi la deuxième victoire consécutive à Michelin en LM P2 depuis le début de la saison à Silverstone, là où le manufacturier français est opposé à la concurrence.

Dans les catégories GTE Pro et GTE Am, intégralement équipées par Michelin, la victoire est revenue respectivement à l’Aston Martin Vantage numéro 95 (Thim/Sørensen) du team Aston Martin Racing, et une autre Aston Martin Vantage, cette fois de l’écurie TF Sport, portant le numéro 90 (Yolluc/Eastwood/Adam).

Recevez nos informations par email