Un plan de soutien indispensable à la filière

Le gouvernement vient d’annoncer un plan soutien ambitieux à la filière automobile française. L’industrie automobile mondiale a en effet été très fortement impactée par la crise du Covid-19, alors qu’elle devait déjà faire face à une exigence de profonde transformation structurelle, liée à la transition environnementale et à la révolution numérique.

Au cœur de la crise, Michelin, en totale coopération avec la filière et aux côtés des services de l’Etat, s’est immédiatement mobilisé : production de masques à grande échelle pour les besoins de la collectivité et du Groupe ; mise en place de protocoles sanitaires stricts pour protéger les salariés et garantir un redémarrage de l’activité en toute sécurité ; mesures immédiates de bonne gestion pour préserver la trésorerie du Groupe.

Les risques de défaillance d’entreprises dans les mois à venir rendent nécessaire la mise en place d’un plan de soutien massif à la filière. Le Groupe Michelin soutient naturellement cette initiative qui permettra de sauvegarder autant que possible les savoir-faire et les emplois sur le territoire, tout en accompagnant les nécessaires transformations du secteur.

Des mesures concrètes, en ligne avec la stratégie du Groupe

L’avenir de l’industrie automobile en France repose sur sa capacité à continuer à innover sur les grands enjeux technologiques liés à la transition écologique et numérique : développement des véhicules à zéro émission de CO2 via les filières électrique à batterie et hydrogène, conception et industrialisation de nouveaux matériaux innovants contribuant à l’allègement des véhicules et, enfin, voiture connectée ouvrant la voie au véhicule autonome. A travers ses investissements, et par le biais de ses activités de Recherche & Développement, le Groupe Michelin inscrit pleinement sa stratégie dans la dynamique des mesures avancées :

  • Soutien à la demande de véhicules non polluants, avec, entre autres, la poursuite de son développement dans l’hydrogène. Cette technologie s’inscrit en complément de la batterie pour l’alimentation des véhicules électriques, notamment sur les segments des utilitaires, des bus, et demain des camions et véhicules particuliers. Convaincu de son rôle clef dans l’accélération de la mobilité zéro-émission, Michelin, confirme ainsi son engagement dans le projet Zéro-Emission Valley (1200 véhicules à hydrogène et 20 stations) en Auvergne-Rhône Alpes, au travers de la société Hympulsion, chargée du déploiement.
    Au-delà de ce projet, Michelin entend continuer de contribuer activement à la transition vers une mobilité encore plus durable, c’est-à-dire à la fois plus propre, plus sûre et plus accessible. A cet égard, le soutien de l’Etat, par le bais de la commande publique, constituera un levier indispensable et efficace pour stimuler la production française de véhicules électriques à batterie et à pile à hydrogène.
  • Soutien à l’offre avec des investissements dans les technologies stratégiques et des dispositifs d’aide à la Recherche & Développement. L’avenir de l’industrie automobile en France tient à sa capacité à continuer à innover sur les grands enjeux technologiques du secteur. En matière d’hydrogène, Michelin continuera ainsi à investir - aux cotés de Faurecia - dans la co-entreprise Symbio, équipementier en systèmes hydrogène pour la mobilité. Un premier investissement de 140 millions d’euros a ainsi été engagé. Les deux partenaires entendent en effet poursuivre leur projet de construction d’une usine de piles à hydrogène, localisée dans la région de Lyon, qui pourrait permettre à terme de créer plusieurs centaines d’emplois durables. A cet égard, le soutien des autorités aux projets d’innovation de rupture et à leur pré-industrialisation sera déterminant pour lancer des investissements de plusieurs dizaines de millions d’euros et générer un budget de Recherche & Développement supérieur à 100 millions d’euros.
    Au-delà, les investissements du Groupe dans les matériaux de haute technologie, biosourcés et respectueux de l’environnement demeurent importants, plus particulièrement en France. Fort d’un investissement initial de plus de 300 millions d’euros, son centre de Recherche & Développement, basé à Clermont-Ferrand en France, est en charge du développement de plus de 70% des pneus vendus dans le monde. Le Groupe entend y rapatrier une partie de sa recherche fondamentale actuellement assurée depuis l’étranger.
  • Soutien à l’emploi et aux compétences avec une ambition renforcée pour la formation en alternance, grâce aux contrats d’apprentissage et de professionnalisation, éléments clef de la culture Michelin et axe stratégique de sa politique de recrutement. Le Groupe soutient notamment « Hall 32 » à Clermont-Ferrand, centre de promotion des métiers de l’industrie financé grâce au Plan d’Investissement d’Avenir 2 (PIA 2) et un apport de Michelin de 15 millions d’euros couvrant 50% du projet. Ce centre met au service de tous (entreprises, formateurs et apprenants) des outils innovants adaptés aux besoins des acteurs de la filière. A terme, 300 étudiants et 1800 adultes en formation y seront accueillis chaque année. Le centre des métiers de l’industrie, projet de 30 millions d’euros, est à la fois un centre d’information, de formation par alternance et de formation continue. Il constitue également un fab-lab à destination du grand public et des entreprises ; le tout grâce à la mise à disposition de moyens de production à la pointe de la technologie.

La France, au cœur de la stratégie de Michelin

Depuis 130 ans, la France est plus que jamais au cœur de la stratégie de Michelin. Le Groupe contribue à valoriser les bassins d’emplois dans les régions où il est présent. Avec 16 sites et 20000 salariés, l’hexagone constitue aujourd’hui la plus ample présence industrielle parmi tous les pays où Michelin est implanté. Si le poids de la France dans le chiffre d'affaires du groupe est inférieur à 10%, la part des investissements sur le sol français en représente le double. Cette dynamique d’investissements du Groupe en France vise à améliorer la compétitivité industrielle et à développer les segments porteurs. Michelin se transforme en effet constamment et développe de nouvelles activités dans le pays, à l’image de ses projets en matière de mobilité hydrogène, de matériaux de haute technologie, ou de fabrication additive métal.
Florent Menegaux, Président du Groupe Michelin

Recevez nos informations par email