Michelin annonce des ventes nettes de 5 304 millions d’euros, 
en hausse de 5% par rapport au premier trimestre 2011.

 

  • Marchés du pneumatique contrastés et globalement en baisse :
    • comme anticipé, Tourisme camionnette et Poids lourd en retrait,
    • activités de spécialités toujours porteuses.
  • Volume de ventes en retrait de 9,6 %, comme attendu, en raison :
    • d’une base de comparaison élevée, tirée en 2011 par des achats en anticipation des hausses de prix, pour lesquelles Michelin a été précurseur ;
    • de la poursuite en 2012 du déstockage de la distribution.
  • Prix-mix en forte amélioration de 13,8 %, traduisant essentiellement l’effet des augmentations de tarifs passées en 2011 et les ajustements contractuels de prix, ainsi que l’évolution favorable du mix.

 

 

Perspectives pour 2012

Pour l’ensemble de l’année, Michelin confirme son objectif de stabilité des volumes vendus, dans un environnement de marchés plus incertains en Europe, résistants en Amérique du Nord et plus allants dans les zones de croissance.

Les investissements, prévus de l’ordre de 1,9 milliard d’euros, privilégient les segments premium à la marque MICHELIN (pneus miniers, pneus de 17 pouces et plus …) ainsi que les capacités de production dans les nouveaux marchés.

La poursuite du pilotage des prix face à l’évolution des matières premières devrait permettre de compenser largement leur surcoût toujours estimé entre 300 et 350 millions d’euros pour l’année.

Enfin, Michelin renouvelle son objectif pour 2012 d’un résultat opérationnel en nette croissance et de génération de cash flow libre positif, avant impact de la cession de l’immeuble de Paris.

Recevez nos informations par email