Michelin annonce une progression de ses ventes nettes de 1,1% à taux de change constant
et une marge opérationnelle de 5,6% avant éléments non récurrents en 2008.

 

En 2009, Michelin donnera la priorité à la gestion de sa trésorerie, par l’optimisation du pilotage industriel et la forte réduction de ses investissements.

  • Volumes vendus en 2008 en baisse de 2,9% (- 16% au quatrième trimestre en raison du recul particulièrement fort de la demande)
  • Effet mix-prix toujours largement positif (+ 4,2%), reflétant la force de la marque MICHELIN et l’efficacité des hausses de prix mises en œuvre en 2008
  • Résultat opérationnel avant éléments non récurrents en retrait de 44% traduisant essentiellement, outre la diminution des volumes vendus, le renchérissement des matières premières et le coût de la sous-utilisation des capacités industrielles
  • Maintien des objectifs d’amélioration de la compétitivité à moyen terme et des projets de développement sur les marchés à fort potentiel de croissance
  • Proposition d’un dividende de 1 euro par action, soumis à l’Assemblée générale des actionnaires du 15 mai 2009

 

 

Michel Rollier, Gérant, a déclaré : «Alors que les perspectives restent très défavorables pour les mois à venir, Michelin renforce le pilotage de ses programmes de production, pour accroître la flexibilité de son outil industriel, gérer ses stocks au plus près et optimiser les liquidités du Groupe. Nous avons décidé de réduire fortement nos investissements en 2009 tout en préservant les principaux axes de notre stratégie à moyen terme. Nous allons continuer à améliorer notre compétitivité, renforcer notre leadership, sans compromis sur la valorisation de nos produits, et nous développer dans les zones de croissance. C’est ainsi que nous serons prêts à rebondir dès que les marchés seront de nouveau porteurs».

Perspectives

À l’heure actuelle, Michelin a retenu les hypothèses suivantes :

  • Les marchés de pneumatiques devraient rester en forte baisse au premier semestre 2009 par rapport à la même période de l’année précédente. Puis ils pourraient se redresser au fur et à mesure que les stocks sur les marchés du remplacement se reconstitueront et qu’une reprise de l’activité économique se matérialisera.
  • En 2009, la rentabilité de Michelin bénéficiera pleinement de l’effet conjugué des hausses de prix opérées en 2008, et de la baisse des prix des matières premières, dont, notamment, le caoutchouc naturel et les produits dérivés du pétrole.
  • Le Groupe renforcera la flexibilité de son outil de production. Les investissements, qui seront ramenés à environ 700 millions d’euros, seront consacrés en priorité à la poursuite du développement dans les nouveaux marchés à fort potentiel de croissance.

Ainsi, Michelin mettra tout en œuvre pour redresser sa rentabilité et préserver sa solidité financière.

Recevez nos informations par email