Les caprices météorologiques continuent de marquer la cinquième saison du Championnat ABB FIA-Formula E. Entre vent soutenu et précipitations éparses mais nourries, dont une pluie dense qui s’est abattue longuement durant la course, alourdie même par des grêlons – une première dans la série – l’E-Prix de Paris s’inscrit parmi les événements le plus exigeants et complexes en termes de pilotage dans la discipline. Les concurrents ont dû en effet adapter en permanence les réglages de leur voiture, ainsi que leur style de conduite, afin de répondre à des conditions de piste sans cesse évolutives.

 

La température a elle aussi joué un rôle prépondérant dans le déroulement de l’E-Prix de Paris, passant de quelques degrés au petit jour, à près de 15°C au moment de la course (et 23°C au sol), pour redescendre une nouvelle fois alentours de 10°C à cause de la pluie, qui s’est invitée 15 minutes seulement après le départ. Dans un contexte si changeant, les pilotes ont alors pu compter sur les nouveaux MICHELIN Pilot Sport qui, depuis le début de l’année, n’ont cessé de démontrer à quel point ils se montraient compétitifs sur toutes les surfaces.

Recevez nos informations par email