La Formula E est décidément un championnat porteur de nouveautés et, de ce point de vue, l’E-Prix Saudia Ad Diriyah 2018 a été tout un symbole. D’un côté, il s’agit du premier évènement mondial organisé par le Royaume Moyen-Oriental en sport automobile, et d’un autre c’était le début des nouvelles Formula E Gen2. Le championnat dispose maintenant de voitures futuristes, plus performantes et dont la batterie peut fournir de l’énergie jusqu’à la fin de la course. Par ailleurs, les autorités saoudiennes ont autorisé l’organisation de trois concerts publics, ouverts à tous, et qui ont rassemblé des milliers de spectateurs. Enfin, la météo a participé au côté « vert » de la Formula E puisque, samedi matin, il a littéralement plu dans le désert !

Le déroulement de la journée a dû être adapté par la Direction de course aux conditions météo. A cause des fortes pluies, des larges flaques d’eau sont apparues sur le tracé, le rendant impraticable. La première séance d’essais libres du matin a donc été annulée et la deuxième reportée à 10h15 pour éliminer le surplus d’eau. Les qualifications, quant à elles, se sont déroulées sur la base de deux séances successives à partir de 11h25.

Les débuts des nouveaux pneumatiques MICHELIN Pilot Sport pour la Formula E ont donc étés animés, et les nouvelles gommes du manufacturier français ont démontré que, malgré une cure d’amaigrissement de plus de 9 kilogrammes par train de pneus, leur polyvalence était parfaitement maintenue à son meilleur niveau. La performance et la constance des nouveaux pneus Michelin se sont également illustrées durant la course, sur un asphalte quasi-sec.

C’est le pole-man Antonio Felix Da Costa (BMW i Andretti Motorsport) qui remporte le premier E-Prix Saudia Ad Diriyah, en devançant d’un souffle le Champion 2017/2018, Jean-Eric Vergne (DS-Techeetah), auteur d’une course d’attaque, tandis que Jérôme d’Ambrosio (Mahindra Racing) complète le podium en alliant performance et régularité.

Recevez nos informations par email