L’E-Prix de Marrakech vient de se dérouler sur le circuit Moulay El Hassan par des conditions météorologiques ensoleillées, mais avec des températures fortement évolutives : très frais le matin lors des essais libres (3°C observés à 8 heures, juste avant le démarrage de la séance) et chaud l’après-midi durant la course (26°C relevés lors du départ). Ces variations thermiques ont constitué un challenge important pour les équipes, ainsi que pour les pneumatiques.

 

 

En effet, dans ce contexte, les pilotes ont été contraints de faire des projections sur les réglages de leurs machines, anticipant alors le fonctionnement des nouvelles monoplaces par une température en piste qu’ils n’avaient pas encore rencontrée. Le défi s’est alors reporté en partie sur les pneumatiques, qui ont fourni performances et sécurité à l’ensemble du plateau durant toute la journée.

Nous n’étions pas inquiets car nous savions que les nouveaux MICHELIN Pilot Sport montent rapidement en régime. Cette caractéristique a permis aux pilotes de les exploiter dès les premiers tours, que ce soit en essais, en qualifications ou en course. D’ailleurs, nous avons pu observer une amélioration substantielle du temps au tour par rapport à l’an dernier sur toutes les séances, et notamment près de 3 secondes pendant les premiers essais libres, lesquels ont démarré au lever du jour. Bien entendu, les nouvelles voitures sont plus puissantes, mais une partie de cette amélioration est indéniablement à attribuer aux pneus.
Serge Grisin, manager de MICHELIN en Formula-E

Recevez nos informations par email