Retour

Les MICHELIN Pilot Sport EV2 prêts pour la grande finale à Montréal

Après New York les 15 et 16 juillet derniers, la Formula E terminera sa saison en beauté les 29 et 30 juillet prochains au Canada, au cœur de la ville de Montréal, qui fête cette année son 375ème anniversaire. C’est la première fois que le Championnat se rend au Québec, mais Formula E Holdings, qui gère la discipline, a signé un accord de six ans avec Denis Coderre, le maire de Montréal. Dès lors, les deux courses de l’année prochaine sont déjà inscrites au calendrier 2017-2018, et se situeront également en clôture de saison, à la fin du mois de juillet.

Pour cette première édition c’est plus précisément dans l’arrondissement de Ville-Marie, en plein centre de la métropole québécoise, qu’a été tracé le circuit de 2,75 km et ses 14 virages. Les pilotes emprunteront la rue René Lévesque, là où se situeront les « puits », le nom donné par les canadiens aux stands des écuries, et passeront autour de la Maison de Radio-Canada avant de repartir par l’avenue Viger jusqu’à la rue Berri. Un grand rectangle que les concurrents emprunteront à de nombreuses reprises le samedi comme le dimanche, avec des courses programmées à 16h03 heures de Montréal.

« Au Canada, les MICHELIN Pilot Sport EV2 rencontreront un circuit urbain classique de centre-ville, avec un bitume d’ordinaire foulé quotidiennement par des milliers de voitures, » indique Serge Gisin, Manager de Michelin en FIA-Formula E. « Dès lors, même si le sol a été refait par endroit, on peut s’attendre à des parties glissantes, notamment aux endroits où il y aura de la peinture de signalisation routière. Mais le MICHELIN Pilot sport EV2 a été développé pour la discipline et ce genre de circuit et se trouvera alors dans son milieu naturel, même si c’est la première fois que nous allons courir au Canada. Encore une fois, ce sera la polyvalence du pneu qui sera mise en avant, avec des prévisions météo qui nous annoncent un temps sec et ensoleillé avec 27 à 28°C au mieux de la journée, et une température minimum de 19°C. Dès lors, et au regard du grand nombre de conditions rencontrées depuis le début de la saison, nous pensons d’ores et déjà que nos pneus seront à la hauteur de leur tâche. »

Focus sur le MICHELIN Pilot Sport EV2

Michelin est l’un des membres fondateurs de la Formula E, et depuis le départ l’objectif a été de faire des pneus performants dans la durée, résistants à l’usure et capables de faire la course aussi bien sur sol sec que mouillé.

La première génération du MICHELIN Pilot Sport EV (pour Electric Vehicule) a été spécialement développée pour les Formula E. C’était la première fois qu’un tel pneu de course a été mis au point pour une discipline « monoplace » de niveau mondial. Avec sa bande de roulement sculptée et son diamètre de 18 pouces, le MICHELIN Pilot Sport EV se rapproche physiquement d’un pneu de grande série. Il contient néanmoins des technologies qui sont aujourd’hui en test, et qui seront intégrées plus tard aux pneus de série. Certains pneus de la gamme « Tourisme et Camionnette » de Michelin bénéficient déjà de certaines approches technologiques qui ont pu être réalisées sur la base des enseignements tirés de la Formula E.

Le MICHELIN Pilot Sport EV2, lancé au début de la saison 2016-2017, repousse quant à lui encore les limites de l’efficacité énergétique en sport automobile. Grâce à l’emploi de nouvelles technologies et de matériaux avant-gardistes, il abaisse sa résistance au roulement de 16% tout en maintenant le même niveau de performance sur les autres critères du pneu. Il pèse également 1,1 kg de moins à l’avant, et 1,4 kg de moins à l’arrière. C’est alors un total de 5 kg de gagnés par voiture, ce qui correspond à 2 500 kg de matière non utilisée par saison, et 250 pneus de moins à transporter. Le MICHELIN Pilot Sport EV2 est le pneu de compétition le plus efficient.

Dimensions :

24/64-18 à l’avant et 27/68-18 à l’arrière selon le code utilisé par Michelin Motorsport, à savoir : largeur de la bande de roulement en cm/diamètre extérieur en cm/diamètre de la jante en pouces. Cela correspond à 255/40R18 à l’avant et 305/30R18 à l’arrière selon le code utilisé pour les voitures de série, soit la largeur totale du pneu en mm/rapport en % entre la hauteur du flanc et la largeur du pneu, suivi du diamètre de la roue en pouces. Le R indique qu’il s’agit d’un pneu radial.

Les 5 raisons de l’engagement de Michelin en Formula E

  1. Question de mobilité : « Une meilleure façon d’avancer », le slogan de Michelin depuis 1889, date de la création de l’entreprise, est à la fois un symbole de mobilité et le leitmotiv des équipes du manufacturier auvergnat. La Formula E traitant également de cette question, il était évident que Michelin en devienne le partenaire.
  2. Des courses en centre-ville : le format des manches est inédit : les séances d’essais et de qualification, mais aussi la course, se déroulent au cours de la même journée. Ce timing, combiné au fait que tout se passe en centre-ville, permet d’aller à la rencontre d’un nouveau public, qui pourrait venir davantage par curiosité que par pur intérêt sportif. Le e-Village et ses nombreux ateliers et animations, installés aux abords du circuit, représentent également diverses opportunités de mieux faire comprendre le rôle du pneumatique dans la mobilité durable. Son accès est gratuit.
  3. L’intérêt médiatique : la Formula E est une discipline d’avenir, et va offrir une visibilité importante au Groupe Michelin à travers le monde. Le ePrix de Paris sera sans aucun doute la course la plus médiatisée du championnat, mais les ePrix sont en général largement suivis dans le monde entier. Dans l’Hexagone, plusieurs médias, spécialisés ou non dans le sport automobile, ont déjà saisi cette tendance et accordent une couverture importante à la discipline.
  4. Le transfert de technologie : Michelin utilise toutes les disciplines où il est engagé comme un laboratoire de développement pour les technologies du futur, qu’il intégrera ensuite dans ses pneus de grande série. La Formula E, qui ne compte que des monoplaces mues par de puissants blocs électriques, permet entre autres d’optimiser l’efficacité énergétique, et de réduire la résistance au roulement.
  5. Mieux faire comprendre le rôle du pneu : en moyenne, 20 à 25% du carburant consommé par un véhicule thermique provient de la résistance au roulement de ses pneumatiques. Spécialiste de l’efficacité énergétique, Michelin a réussi à mettre au point des pneumatiques à très basse résistance au roulement qui augmente ainsi l’autonomie des voitures. Le MICHELIN Pilot Sport EV2 enfonce le clou et permettrait, dans des conditions identiques à la saison passée, aux Formula E de couvrir un tour de circuit supplémentaire. Dans les voitures destinées aux particuliers, comme par exemple la Renault ZOE, le choix d’un pneu Michelin peut permettre d’augmenter l’autonomie jusqu’à 6%.

Retour