Retour

AutoPhoto : autoportrait de la mobilité depuis 1900

Toutes deux nées au 19ème siècle, l’automobile et la photographie sont intimement liées. Elles ont contribué à modifier notre maîtrise de l’espace et du temps, en nous offrant respectivement le mouvement presque sans limite dans l’espace et la capacité de figer l’instant dans le temps. Elles contribuent depuis à modeler notre environnement et notre imaginaire.

Autophoto - 2017

Au début du XXème siècle, l’automobile était encore une aventure et la route une inconnue. A partir de 1910, Michelin, pour favoriser les déplacements de ses clients, entreprend de « civiliser » les routes françaises. Notre Groupe place des panneaux de tôle émaillée indiquant les villes et les villages, des bornes de direction aux croisements, et établit des cartes routières précises. Pour connaître l’état des routes que les automobilistes emprunteront, quoi de mieux que l’image ? Aussi des photographes accompagnent presque systématiquement nos équipes sur le terrain. Ils seront également présents quand il s’agira les années suivantes de cartographier l’Europe, puis bientôt le monde dans le sillage de la croisière noire et de la croisière jaune. Les prises de vue effectuées alors sont conservées dans nos archives. Elles constituent un témoignage unique sur ce qu’était la mobilité des années 1910 aux années 1930.

Certains clichés de ce fond documentaire sont actuellement présentés par la Fondation Cartier dans le cadre de l’exposition AutoPhoto. Cette exposition exceptionnelle propose de redécouvrir toutes ces facettes de la mobilité à travers l’œil des photographes, qu’ils soient célèbres – Brassaï, Jacques-Henri Lartigue, Robert Doisneau, Walker Evans, Martin Parr, … - ou moins connus, voire parfois anonymes. Tous racontent à leur façon la même histoire, celle d’une aventure à la fois humaine et industrielle, qui est au cœur de notre propre histoire et de notre vision.

AutoPhoto, jusqu’au 24 septembre à la Fondation Cartier, 261 bd Raspail, 75014 Paris, France