Retour

Rechapage : quand le pneu rond devient circulaire

La mobilité est un fondement du développement économique et humain. Michelin s’efforce d’y apporter sa contribution par sa stratégie de croissance durable qui se concrétise dans l’approche économie circulaire du Groupe, notamment dans son activité rechapage.

actu_rechapage-infog_1040x400

 

Optimiser l’usage des ressources pour enrichir la mobilité de nos clients, durablement

L’explosion de la demande de mobilité routière (x2 voire x4 d’ici 2050 par rapport à 2010) soulève des enjeux environnementaux et humain indéniables : congestion, pollution, préservation des ressources naturelles, ... Chez Michelin, nous sommes convaincus qu’il ne faut pas aller à l’encontre de cette croissance de mobilité mais en atténuer l’impact social et environnemental. C’est dans ce but que nous développons des techniques comme le rechapage afin de mettre sur le marché des produits qui, de leur conception à leur fin de vie, utilisent moins de ressources tout en améliorant leurs performances.

En quoi consiste le rechapage ?

Le rechapage consiste à donner une seconde vie au pneu usé afin d’utiliser le minimum de matières premières sans faire de concession sur la sécurité. Une fois les pneumatiques de poids lourds et d’avions arrivés en fin de vie, leur structure appelée carcasse est conservée et leur bande de roulement – cette partie du pneumatique qui est en contact avec le sol – est remplacée. Un pneumatique poids lourd conçu à cet effet*. peut être rechapé deux fois ce qui lui permet de rouler 660 000 kilomètres alors que sa durée de vie initiale était de 220 000 km** selon une étude du cabinet indépendant EY !

Le rechapage, une technique triplement avantageuse

Les bénéfices environnementaux de cette pratique sont considérables. Par exemple, par rapport à un pneu entrée de gamme non-rechapable, un pneu rechapé permet d’économiser 24% d’émissions de CO2 et 70% d’extraction de ressources naturelles grâce à la réutilisation de l’acier de la carcasse ! Un pneu rechapé c’est aussi moins de déchets à recycler.

Sur le plan socioéconomique, la filière du rechapage soutient 32 000 emplois en Europe dont 4 000 en France. A usage équivalent, un pneu rechapé génère 4,3 fois plus d’emplois qu’un pneu non rechapable en raison, outre l’acte de rechapage en lui-même, des services de maintenance et de logistique associés (collecte, inspection, maintenance, distribution).

Enfin, un pneu qui dure deux voire trois fois plus longtemps et coûte 40% moins cher au kilomètre qu’un pneu neuf permet au client de faire des économies non négligeables.
 

actu_rechapage-infog_960x2270

 

*La carcasse des pneus entrée de gamme n’est pas suffisamment robuste pour être rechapable.
**Source : Rapport d’EY – octobre 2016 – L’impact socio-économique du rechapage poids lourd en France et en Europe

En savoir plus

L'économie circulaire